Votre compte

בס"ד

Accueil > Questions / Réponses > Chééhéyanou prunes vertes et violettes
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Chééhéyanou prunes vertes et violettes

vu 373 fois
Catégories : Bénédictions
homme
376 questions
  • Badge question réponse
49médaille d'or
1médaille d'argent
4médaille de bronze
Jeudi 27 juillet 2017 à 21h51

bonjour

je voudrais savoir est ce que si j'ai deja mangé des prunes violettes, si je mange des prunes vertes, faut il faire chééheyanou sachant que le gout n'est pas vraiment le meme ?

Jeudi 27 juillet 2017 à 23h01

Chalom Ouvrakha !

 

Votre cas a été abordé par le Choul'han Aroukh (chap. 225 § 4) et selon lui, il est possible de réciter une nouvelle fois Chéhé'hyanou, dès lors qu'il s'agit de goût différent et que, de ce fait, la joie se renouvelle avec la consommation de l'autre espèce de fruit.

 

Toutefois le 'Hafets 'Haïm (Michna Béroura § 14) rapporte une immense discussion entre nos Maîtres à ce sujet. Selon certains (dont le Gaon de Vilna) étant donné qu'il s'agit d'une seule et même espèce, une seule bénédiction de Chéhé'hyanou sera récitée. Il en ira de même au sujet des olives noires et vertes etc. raisins etc.

 

En pratique le Michna Béroura n'a pas tranché, et l'opinion du Or Letsion (chap. 14 § 46), et du Kaf Ha'haïm (chap. 225 § 34), est de ne pas réciter une nouvelle fois la Brakha de Chéhé'hyanou. 

 

Les conseils qui sont donnés pour sortir de la Ma'hloket sont les suivants :

 

1- Lorsque l'on récite la bénédiction sur l'une des deux espèces, que la seconde soit présente devant nous et de cette façon les deux sont incluses par la même Brakha (Or Letsion ibid., Ben Ich 'Haï Réé § 13). 

 

2-  Au moment de consommer le fruit de la seconde espèce, réciter la Brakha de Chéhé'hyanou sur une espèce de fruit nouvelle au sujet de laquelle il n'y a pas de doute que l'on doit réciter cette Brakha) acquittant ainsi la seconde espèce (conseil du Michna Béroura § 14)

 

3- Enfin dernier conseil, si aucun des deux précédents n'est envisageable. Il s'agit de réciter la Brakha de Chéhéhyanou en pensant le nom de D. dans son coeur et pas par la parole s'acquittant ainsi de la bénédiction selon laquelle une pensée est considérée comme une parole (Caf Ha'haïm § 34). 

 

Béhatsla'ha !

homme
376 questions
  • Badge question réponse
49médaille d'or
1médaille d'argent
4médaille de bronze
Vendredi 28 juillet 2017 à 05h54

merci encore une fois pour vos reponses rapides, claires et précises !!!

Vendredi 28 juillet 2017 à 12h27

Avec plaisir !

 

Chabbat Chalom !

Poser une question complémentaire

Vous devez être connecté pour poser une question au Rav!

L'étude d'aujourd'hui est dédiée à l'élévation de l'âme de Fradji Ben Koka Zal