Votre compte

בס"ד

Accueil > Questions / Réponses > Demander mehila précisément ou en général
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Demander mehila précisément ou en général

vu 34 fois
femme
150 questions
  • Badge question réponse
  • Badge Profil 100%
32médaille d'or
6médaille d'argent
26médaille de bronze
Lundi 12 ao√Ľt 2019 √† 05h11

Bonjour Rav,

 

Je me suis posée une question récemment à l'approche de kippour j'essaie de chercher est-ce qu'il y aurait hass vechalom quelqu'un que j'aurais vexé involontairement et à qui je dois demander mehila.

 

Et en réfléchissant j'ai trouvé une personne de ma famille proche que je pense avoir vexé quand j'étais petite (quand j'avais environ 14 ans), maintenant si je lui rappelle cette chose que j'avais faite quand j'étais petite alors cela risque de lui rappeler un mauvais souvenir et de le vexer vraiment alors ce que j'ai fait je lui ai dit mehila si je t'ai vexé (en général sans préciser cette chose parce que je sais que c'est qqchose qui lui tient à coeur) et la personne m'a dit non t'inquiète tu ne m'as rien fait etc.

 

Est ce que c'est sur que je suis quitte en m'excusant comme ça sans préciser la chose ?

 

Merci beaucoup Rav si vous avez besoin de plus de précisions dites moi

Lundi 12 ao√Ľt 2019 √† 20h49

Chalom Ouvrakha !

 

Tout d'abord Kol Hakavod que vous commenciez votre introspection déjà maintenant, alors que souvent les gens le font la veille de Kippour. A vrai dire cette année, moi aussi j'ai décidé de m'y prendre un peu en avance.

 

En ce qui est de cette question, je vais être clair !

 

D'une part le 'Hafets 'Haïm écrit dans les lois de Kippour que l'on se doit lorsqu'on demande pardon de préciser au maximum de quoi il s'agit. D'autre part, nous ne sommes pas dans le droit de peiner la personne, et pourvu qu'elle ne savait pas par exemple ce qu'on pensait d'elle ou ce qu'on a dit d'elle, le lui dire peut être un problème. De quel droit, pour obtenir son pardon ai-je le droit de la faire souffrir ?

 

En pratique le Rav Salanter disait que dans ce genre de cas, nous n'avons pas le droit de préciser la faute et de blesser la personne se faisant, et la coutume est de trancher dans ce sens (pas comme le 'Hafets 'Haïm qui dit qu'on a le devoir de lui faire savoir si on veut obtenir expiation).

 

Dans votre cas, je pense donc que vous avez opté pour la bonne solution a savoir lui demander un pardon de façon générale.

Béhatsla'ha !!!

Poser une question complémentaire

Vous devez être connecté pour poser une question au Rav!