Votre compte

בס"ד

Accueil > Questions / Réponses > Intimité le soir du mikve
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Intimité le soir du mikve

vu 102 fois
Catégories : Pureté familiale
homme
1 question
  • Badge question réponse
0médaille d'or
0médaille d'argent
0médaille de bronze
Dimanche 14 juin 2020 à 16h58

Bonjour, Je souhaiterai vous poser cette question car je n'arrive pas à la poser aux rabanims que je côtoie par pudeur et gêne. Je voudrais savoir pourquoi il est si conseillé voir même obligé selon l'une de vos réponses de 's'unir avec son épouse le soir du mikve. Ne devrait on pas au contraire faire preuve d' humanité et de pudeur par rapport à cela. Je vous prend un exemple il ya une halaha concernant le kidouch à la synagogue le chabat de ne pas se jeter sur le buffet afin de respecter les règles de politesse. De ne pas paraître morfal ou de se montrer complètement indécent avec la nourriture. Ceci afin d'affirmer son humanité et de s'éloigner en cela de son côté animal bestial. Pourquoi pour le soir du mikve il ne faudrait pas agir de la sorte ? Pourquoi n'y a t-il aucun problème à '' se jeter sur le buffet '' alors que dans la grande majorité des cas la femme est exténuée de la journée des enfants de la préparation au bain etc et ce même si le mari l'aide et la soutient. Les rabbins incitent en général la femme à mettre sa fatigue de côté pour pouvoir permettre l'union ce fameux soir. Ne pensez vous pas que cela est un problème ? Qu'on lui conseille de se forcer ? Même si cest un grand jour et qu'on promet au couple des brahots n'y a t-il pas la un soucis d'ordre moral ? De plus le mari en tant que ben israel doit s'efforcer dans la vie de tous les jours de s'éloigner de sa condition d'homme animal pour être un vrai être humain (brahots avant de manger, tefilin, chabat, étude etc) pourquoi seulement dans les lois de pureté et le soir du mikve en particulier a t il la permission de se comporter '' normalement '' ? Ne serait il pas plus judicieux d'attendre deux trois jours après le mikve afin que le couple puisse retrouver une certaine complicité physique et spirituelle avant de passer à l'acte intime? Je pourrais également vous parler du même soucis que j'éprouve quand aux lois permettant de contourner l'interdiction de la femme lorsque elle a des taches sur des bas de couleurs, ou qu'elle ne doivent pas regarder le papier toilette etc.. Les sages ne font il pas confiance à l'homme à ce point ? Tellement qu'il faut lui permettre un maximum sa femme malgré des ktamim ? Ou de lui '' forcer à avoir une relation le soir du mikve ? De peur qu'il en viennent à fauter ? Merci de votre aide je suis convaincu que la Torah et les sages ont des raisons profondes de trancher en ce sens mais j'attends la raison qui soule géra mon c?ur et ma conscience. Je suis déjà convaincu du émet de ces lois mais elles me restent en travers de la gorge. Et ma femme le ressens cela augure pas mal de problème comme bous pouvez vous en douter. Merci d'avance.

Dimanche 14 juin 2020 à 19h42

Bonjour,

 

Chalom Ouvrakha !

 

Je souhaiterai vous poser cette question car je n'arrive pas à la poser aux rabanims que je côtoie par pudeur et gêne.

 

D'accord !

 

Je voudrais savoir pourquoi il est si conseillé voir même obligé selon l'une de vos réponses de 's'unir avec son épouse le soir du mikve. Ne devrait on pas au contraire faire preuve d' humanité et de pudeur par rapport à cela.

 

C'est justement cela l'humanité, donner à son épouse une preuve d'affection au moment où elle revient du Mikvé.

 

Je vous prend un exemple il y a une halaha concernant le kidouch à la synagogue le chabat de ne pas se jeter sur le buffet afin de respecter les règles de politesse.

 

De ne pas paraître morfal ou de se montrer complètement indécent avec la nourriture. Ceci afin d'affirmer son humanité et de s'éloigner en cela de son côté animal bestial. Pourquoi pour le soir du mikve il ne faudrait pas agir de la sorte ?

 

Je ne connais pas de Halakha interdisant de ce jeter sur le buffet, mais vous avez raison que cela paraît animal.

 

En fait tout dépend comment vous concevez l'acte conjugal. Si à vos yeux c'est un acte purement matériel comme d'ailleurs aux yeux de beaucoup de gens, je comprend tout à fait votre réponse.

 

Si il s'agit d'un acte permettant au couple d'accéder à un amour profond au sens noble du terme, de prouver son affection et son attachement à l'autre, ainsi que sa gratitude que l'on ressent, et que évidemment on le fait pour réjouir l'autre et tout cela dans l'intention d'accomplir la volonté de D., au contraire plus vite on s'y adonne mieux c'est !

 

Mieux que cela le principe est que Zrizin Makdimin Lamitsvot ! Il s'agit ici d'une Mitsva de la Torah pas moins importante et précieuse que les autres Mitsvot de la Torah !

 

Maintenant bien sûr que si dès que la femme revient du Mikvé on se jette sur elle, etc. que ce n'est pas une façon appropriée mais si on consacre la soirée à parler, à sortir ensemble etc. etc. et que cela se conclut avec un acte conjugal, cela n'a rien d'animal, c'est ce que faisaient le Baba Salé, le Rav Ovadia et tous les géants qui étaient tout sauf matériels !!!

 

Pourquoi n'y a t-il aucun problème à '' se jeter sur le buffet '' alors que dans la grande majorité des cas la femme est exténuée de la journée des enfants de la préparation au bain etc et ce même si le mari l'aide et la soutient.

 

Je vais vous dire. Cette Halakha a été tranchée en faveur de la femme. Si une femme exprime explicitement qu'elle ne souhaite pas être avec son mari le soir du Mikvé, évidemment qu'on ne va pas l'obliger. 

 

Simplement 'Hakhamim considèrent qu'une femme d'une façon générale souhaite et attend cela avec impatience, et pour s'acquitter de son devoir de Ona vis à vis de sa femme, on se doit de la retrouver !

 

Si la femme ne ressent pas de plaisir à cela, c'est peut être qu'il y a quelque part un problème !

 

Les rabbins incitent en général la femme à mettre sa fatigue de côté pour pouvoir permettre l'union ce fameux soir. Ne pensez vous pas que cela est un problème ? Qu'on lui conseille de se forcer ? Même si cest un grand jour et qu'on promet au couple des brahots n'y a t-il pas la un soucis d'ordre moral ?

 

Je répète ! La forcer ressemblerait 'Hass Véchalom à un viol, chose complètement interdite par la Halakha (cf. Nedarim page 20).

 

Mais à nouveau il faudrait voir où se trouve le problème !

 

De plus le mari en tant que ben israel doit s'efforcer dans la vie de tous les jours de s'éloigner de sa condition d'homme animal pour être un vrai être humain (brahots avant de manger, tefilin, chabat, étude etc) pourquoi seulement dans les lois de pureté et le soir du mikve en particulier a t il la permission de se comporter '' normalement '' ? Ne serait il pas plus judicieux d'attendre deux trois jours après le mikve afin que le couple puisse retrouver une certaine complicité physique et spirituelle avant de passer à l'acte intime?

 

Non je ne pense pas !

L'un des buts de cette séparation est justement de rapprocher beaucoup les conjoints l'un de l'autre. 

 

Je pourrais également vous parler du même soucis que j'éprouve quand aux lois permettant de contourner l'interdiction de la femme lorsque elle a des taches sur des bas de couleurs, ou qu'elle ne doivent pas regarder le papier toilette etc.. Les sages ne font il pas confiance à l'homme à ce point ?

 

Non, là vous êtes hors sujet ! Heureusement que ce n'est pas une rédac au bac, vous auriez reçu une mauvaise note :). Je plaisante, vous comprenez bien !

 

Je vais vous expliquer selon la Torah écrite la femme n'est pas impure lorsqu'elle voit des Ktamim, uniquement lorsqu'elle a une sensation au moment où apparaissent ces Ktamim. 

 

Simplement 'Hakhamim ont décrété d'être plus stricts et d'interdire la femme lorsqu'elle a ves Ktamim. 

 

Ces mêmes 'Hakhamim, ont dit que lorsque la femme voit ses Ktamim sur des sous vêtements de couleur, cela ne la rend pas impur !

 

On conseille donc à la femme de ne pas entrer dans les problèmes ! 

 

Tellement qu'il faut lui permettre un maximum sa femme malgré des ktamim ?

 

Oui. 

 

Ou de lui '' forcer à avoir une relation le soir du mikve ? De peur qu'il en viennent à fauter ?

 

Je vous répète, la relation le soir du Mikvé ne vise pas à protéger le mari, mais plutôt à donner à la femme ce dont elel a besoin. 

 

Merci de votre aide je suis convaincu que la Torah et les sages ont des raisons profondes de trancher en ce sens mais j'attends la raison qui soulagera mon coeur et ma conscience.

 

Je suis déjà convaincu du émet de ces lois mais elles me restent en travers de la gorge.

 

Et ma femme le ressens cela augure pas mal de problème comme bous pouvez vous en douter.

 

J'ai l'impression qu'l y a au sein du couple un certain problème ! C'est du moins ce que je lit entre vos lignes !

 

Vous pouvez me téléphoner si vous voulez qu'on essaye de comprendre d'où provient le malaise, mais j'ai l'impression qu'il y a un malaise ou une fausse compréhension de ce que D. attend de nous dans l'accomplissement de cette Mitsva !

 

Peut être a-t-elle elle un blocage, cela arrive parfois !!

 

J'espère vous avoir déjà un peu aidé !

 

Béhatsla'ha Rabba !

 

Merci d'avance.

Poser une question complémentaire

Vous devez être connecté pour poser une question au Rav!