Votre compte

בס"ד

Accueil > Questions / Réponses > Contraception: Qu'en dit la Torah?
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Contraception: Qu'en dit la Torah?

vu 3246 fois
homme
13 questions
  • Badge question réponse
  • Badge Profil 100%
13médaille d'or
0médaille d'argent
1médaille de bronze
Mardi 25 mars 2014 à 06h53

Chalom Kvod Harav!

 

Je voulais savoir quelle est l'opinion de la Torah et de la pensée juive au sujet de la contraception. D'une part on me dit que c'est usage des non juifs et de la civilisation occidentale, d'autre part je vois que de nombreux juifs se servent de tous types de moyens de contraception pour espacer les grossesses.

On m'a dit que vous étiez le seul à pouvoir m'éclairer honnêtement et intelligemment à ce propos.

Merci de m'éclairer.

Mardi 25 mars 2014 à 21h09

Cher ami!

 

Il m'a paru important de vous apporter quelques jalons de réflexion à ce sujet qui est, comme vous le dites très important.

 

Il faut savoir tout d'abord que notre foi est que les clefs de la fertilité sont entre les mains de D.

C'est à dire que comme nous le constatons de nombreux couples sont impatients d'avoir le mérite de pouvoir avoir des enfants et malheureusement cela s'éternise. Tous les traitements médicaux étant insuffisants et prouvant bien que cette clef est entre les main de D.

 

A contrario, en tant que Rav qui m'occupe de ces questions au quotidien, je peux vous attester de nombreux cas où la femme portait un stérilet voire prenait la pilule et est tombée enceinte par surprise (et sans avoir omis une seule prise), sans parler des milliers de cas où les femmes se servant de spermicides sont tombées enceinte.

 

Ceci pour nous rappeler que c'est D. qui planifie à sa façon notre vie, nos naissances, etc.

 

Ceci étant, il existe des cas où les Rabbanim jugent légitime voire même utile de recommander aux couples de se servir pendant un certain temps de moyens de contraception.
Dans certains cas nous autorisons à certains couples à s'en servir alors qu'ils n'ont pas encore accomplis la Mitsva de procréation (c'est à dire qu'ils n'ont pas encore eu un garçon et une fille au minimum), et quelques fois on interdit aux couples de s'en servir bien qu'ils ont déjà accomplis cette Mitsva.

Il faut bien comprendre que même sans se servir de contraception il n'est pas du tout clair qu'un couple doit avoir 18 enfants ni même 5 ou 6 enfants. D. sait exactement quel est le nombre d'enfants que tel couple est capable d'éduquer et il les envoie en nombre, en temps et en heure voulue.

 

Pour vous donner un indice, mais en tant qu'indice simplement. Il n'est pas question d'apprendre ne serait ce qu'une seule Halah'a de cette brève intervention. La Gémara écrit qu'une femme durant les 24 mois qui succèdent son accouchement son corps est comme démoli et non rétabli. Ce n'est qu'après 24 mois qu'on peut considérer qu'elle est rétablie. Selon cette Gémara de nombreux Rabbanim, dans certains cas de nécessité, selon leur jugement, autorisent à certains couples l'utilisation de la pilule pendant une période qui peut s'étendre jusqu'à 2 ans maximum.

 

Lorsqu'un couple est déchiré et qu'ils se rendent chez un conseiller conjugal pour tenter de résoudre leurs problèmes, il arrive fréquemment que j'autorise à ces femmes de se servir de contraception, selon le cas précis, pour que cette thérapie de couple puisse être productive, une femme enceinte étant beaucoup plus sensible, nerveuse, susceptible, incommodée qu'en période habituelle.

 

De même dans certains cas de maladie il arrive que les Rabbanim autorisent l'utilisation de contraception.

 

En bref, cher ami, il faut que vous ayez un Rav qui vous connaisse un peu et auquel vous pouvez vous confier, et qui soit compétent en la matière afin de savoir ce que D. attend de nous.

 

Il vous faut savoir que dans de nombreux cas j'ai reçu des coups de fils de personnes qui m'ont appelé pour obtenir des conseils pour pouvoir avoir des enfants. Ils m'ont eux même avoué que pendant une longue période de leur vie ils se sont servis de contraception se disant que le moment voulu il leur suffirait d'arrêter la prise de pilule pour avoir des enfants. Et se sont aperçu que tel n'était pas le cas. Ils étaient alors persuadés que D. les prive alors d'enfants pour bien leur faire réaliser que c'est Lui le Maître de l'univers.

 

Sachez que les jouissances ainsi que les souffrances qui attendent chaque juif durant l'année lui sont déterminées le jour de Roch Hachana ainsi que pendant les dix jours de pénitence. Refuser les difficultés agréables comme les pleures des enfants etc. c'est se mettre en situation dangereuse de difficultés beaucoup moins agréables (qu'à D. ne plaise). C'est le Steïpeler qui l'a écrit à un couple qui avait de nombreux enfants et qui souhaitait une longue pose. Il leur a dit que la quantité de souffrances qui lui a été déterminée à Roch Hachana il faudrait dans tous les cas qu'il les subissent. Alors autant subir des souffrances bienfaisantes et gratifiantes que de subir des souffrances vraiment désagréables et affligeantes.

C'est ainsi d'ailleurs qu'il faut concevoir la vie. Certaines personnes se disent à tort, que les non religieux kiffent la vie dans ce monde ci beaucoup plus que les religieux vu qu'ils se donnent à tous les plaisirs matériels sans aucune restriction et sans limites.

 

Or, nos Maîtres nous enseignent que c'est une mauvaise perception des choses vu qu'à Roch Hachana D. décide combien jouirons nous durant l'année prochaine. Personne ne peut dépasser ce taux de jouissance qui lui a été imparti par D. Absolument personne, religieux ou non religieux.

 

Simplement quelle est la différence? Le religieux jouit de l'accomplissement des Mitsvots avec beaucoup de plaisir et d'intensité. Le non religieux jouit d'une Avéra, mais pas plus, puisqu'il est impossible de dépasser la taux de plaisirs impartis.

 

Réfléchissez bien à cette idée parce que j'ai été assez bref mais elle est fondamentale et nos Grands Maîtres l'écrivent explicitement, elle constitue l'un des fondements de notre foi.

 

Kol touv! 

femme
8 questions
  • Badge question réponse
0médaille d'or
0médaille d'argent
0médaille de bronze
Mardi 20 mai 2014 à 12h29

Bonjour Rav,

en complément a votre reponse donnée très bien expliquée, cela fait 3 ans que je prend la pilule mais nous n'avons pas demandé à un rav.

Etant donne que mes grossesse sont a risques, est ce que le fait de prendre un contraceptif sans l'avis d'un rav peut s'averer être une faute et donc avoir un tikoun par rapport a cela.

Merci

Mardi 20 mai 2014 à 23h28

Chalom Ouvrah'a!

 

Je ne sais pas ce que vous appelez grossesses à risque. Si effectivement le fait d'être enceinte peut d'une façon ou d'une autres mettre votre vie en danger ou votre santé en péril, et que ceux sont des médecins qui vous l'ont dit, il est calir que c'est autorisé de prendre la pilule. C'est ce que le Rav vous aurait répondu si vous l'aviez consulté. 

Simplement vous ne l'avez pas consulté parce que c'était évident pour vous que c'est ce qu'il aurait répondu.

 

Kol touv et Béhatslah'a!

homme
5 questions
  • Badge question réponse
2médaille d'or
0médaille d'argent
0médaille de bronze
Mardi 24 février 2015 à 08h06

Chalom Rav,

 

Après avoir lu les différentes réponses données, je me demande ce qu'il en est du préservatif masculin ?

 

A ma connaissance ce dernier n'est pas autorisé par la Torah mais j'ignore où se trouve la source exacte de cette interdiction.

 

Cependant je ne comprends pas pourquoi : si vous prenez l'exemple du stérilet, il est facile de constater que la protection n'est pas à "100 %". Il laisse toujours une possibilité à la femme de tomber enceinte, de même que la pilule.

 

De plus la protection contre les maladies sexuellement transmissibles n'est pas assurée.

 

Avec le préservatif, c'est très différent : à supposer qu'il ne se déchire pas, on est sûr à 100 % de ne pas procréer et même de se protéger.

 

Donc, à mon sens, pour les couples qui ne veulent pas d'enfants, il apparaît comme la seule bonne solution. J'ai l'impression qu'avec le stérilet et la pillule on laisse toujours une "chance" qu'il en soit autrement.

 

Mais c'est absurde : si le couple ne veut pas d'enfant, je ne vois pas pourquoi il faudrait lui faire courrir un risque inutile. Avec un préservatif masculin (et même féminin d'ailleurs) de qualité suffisante, la conctraception est "réelle" à 100 %.

 

Qu'en pensez-vous ?

Jeudi 25 juin 2015 à 21h44

Chalom Ouvrah'a!

 

Tout d'abord je vous demande de regarder le cours suivant, il ne pourra que vous être d'une grande utilité. http://www.torahacademy.fr/tazria-ce-que-pense-la-torah-de-la-contraception...

 

Ensuite, il faut savoir que la pilule lorsqu'elle est prise de façon régulière, et le stérilet lorsqu'ils est bien placé, ne laisse pas la possibilité à un accident plus qu'un préservatif, au contraire, ainsi que vous l'avez vous même laissé entendre lorsque vous écrivez qu'il se peut qu'il se troue ou qu'il soit défectueux etc.

 

Bref, il vous faut bien comprendre un point. Si D. a décidé qu'une femme devait tomber enceinte malgré sa contraception, il n'y a rien à faire. Elle pourra tomber enceinte quoi qu'il en soit. 

 

L'option du préservatif masculin ne rentre même pas en ligne de compte dans la mesure où il y a de la semence qui va être gaspillée ce qui correspond à l'une des plus grandes interdictions. C'est pourquoi les plus grands décisionnaires n'ont autorisé que dans certains cas de danger de mort de s'en servir, et même cela après avoir réfléchi sur des pages entières.

 

Béhatslah'a!

homme
327 questions
  • Badge question réponse
33médaille d'or
1médaille d'argent
4médaille de bronze
Mercredi 29 juillet 2015 à 09h14

Bonjour

Je ne comprends pas pourquoi on considere que la semence est gaspillé uniquement en prenant un preservatif et pas en prenant la pilule alors qu'a priori la semence n'aura pas non plus d'effet?

Jeudi 06 ao√Ľt 2015 √† 15h46

La différence est que dans un cas la contraception a une influence sur les hormones de la femme et de facto la relation n'aboutira point. 

 

Alors que dans l'autre cas, on empêche la sperme de pénétrer.

 

En dehors de cela, dans un cas la relation se passe de façon habituelle et normale. Tandis que dans le cas du préservatif la relation n'a pas lieu de façon normale dès lors que le sperme ne pénètre pas. C'est la différence principale explicitée dans les écrits des décisionnaires.

 

Kol touv!

homme
327 questions
  • Badge question réponse
33médaille d'or
1médaille d'argent
4médaille de bronze
Mercredi 29 juillet 2015 à 09h19

bonjour,

vous dites dans votre reponse que cela ne sert a rien d'eviter les problemes puisque tout a ete decide a roch hachana,donc si je comprends ce que vous dites meme si je ne cherche qu'a me causer les pires problemes,rien ne pourra m'arriver de plus de ce qui a ete prevu pour moi a roch hachana....

Et si cette idée esst fausse donc la volonte de ne pas avoir d'enfant pourra tout de meme avoir un effet sur notre bien etre!

Jeudi 06 ao√Ľt 2015 √† 15h51

Je vous recommande le cours suivant: http://www.torahacademy.fr/tazria-ce-que-pense-la-torah-de-la-contraception...

 

Après une bonne écoute et une mûre réflexion, il me semble que les idées seront plus claires.

 

Kol touv!

Poser une question complémentaire

Vous devez être connecté pour poser une question au Rav!

La journée d'étude d'aujourd'hui est dédiée au complet rétablissement du bébé de Mercédes Ra'hel qui passe ce Jeudi une opération compliquée. Merci de prier pour lui