Votre compte

בס"ד

Accueil > Cours écrits > Perles sur la parachat Ki Tétsé
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Perles sur la parachat Ki Tétsé

Jeudi 27 août 2015

Perles recueillies en survolant le séder de Ki Tétsé

 

 

Gagnée d'avance.


"Lorsque tu sortiras au combat de tes ennemis" (21,10)

 


On aurait pu dire : "Lorsque tu sortiras combattre". "Lamilh'ama" suppose au contraire que l'on parle d'une guerre déjà engagée, à laquelle il s'agit de participer.
En effet, explique le Rav Yossef H'ayim (Od Yossef H'ay) : une guerre peut être, si le peuple le mérite, gagnée d'avance. Si les mérites du peuple sont suffisants, D. mènera lui-même la guerre. Les anges créés par le mérite et l'étude de la Torah auront rapidement immobilisé les forces du mal qui nourrissent l'ennemi, de sorte à ce que ce combat n'essuie aucune perte du côté d'Israël. C'est ce qui se passa lors de la guerre contre Midian, celle contre Amalek ou contre Sih'on et Og.
Si le scénario se réalise de manière optimale, le peuple d'Israël n'aura qu'à mener un "semblant" de combat déjà mené par son Protecteur.
C'est pour cela que le verset parle d'un peuple qui sort à la guerre, et pas d'un peuple qui sort faire la guerre.

 

Défis d'aujourd'hui.

 

"Lorsqu'un homme aura un fils dévoyé et rebelle." (21,18)


Le sort du fils rebelle est ce qu'il est parce que la Torah "préfère le voir mourir innocent que coupable". Certes, aujourd'hui il n'a fait que voler ses parents pour assouvir ses désirs de viande et de boisson. Mais demain, nous assure- t-on, il devra brigander pour ces mêmes raisons.

Si les Sages prennent la peine de dire que le fils est (relativement) innocent, c'est que ce ne sont pas des transgressions formelles qui sont pointés comme posant problème, mais une tendance générale. Ce n'est pas les actes du fils qui posent problème, c'est sa personnalité. Cette course aux plaisirs compromet toute possibilité de le voir devenir un être positif.

 
Nous pouvons en retenir une leçon : le véritable danger qui guette le juif, ce n'est pas celui de la transgression, certes gravissime mais réparable. Ce qui doit être le centre de nos préoccupations est la sphère générale autour de laquelle tournent nos centres d'intérêts, nos désirs, nos passions.
Au début du siècle, c'est l'émancipation qui, rapidement, sortit les juifs de l'atmosphère protectrice dans laquelle ils vivaient. Or c'est par de petits changements qui a priori n'entachaient pas la pratique des mitsvots que nombre de personnes finirent par abandonner la Torah.
Aujourd'hui, la paracha du fils rebelle reprend toute son actualité. Car la course à la consommation et aux loisirs menace de déplacer une nouvelle fois les centres d'intérêts qui assurent notre pérennité.  (Rav Pinkus)

 

Maison protégée.


La Torah nous enjoint, lors de la construction d'une nouvelle maison, de réaliser un Maaké, c’est-à-dire une barrière protectrice là où il y a risque de chuter du toit. (22,8)
Rav Eliahou Mazouz y voit, comme d'autres maîtres, une parabole : lorsqu'un homme se construit de nouveau, c’est-à-dire lorsqu'il fait Téchouva, il devra se soucier de protéger son "toit", c’est-à-dire sa tête. En effet : pour que l'homme puisse évoluer et donc que la Téchouva soit efficace, il est indispensable de protéger son cerveau des idées ou des images qui peuvent nuire à la sainteté acquise. (Or Hah'ama)

 

Mélange de laine et de lin.


"N'ensemence pas ton vignoble de graines hétérogènes, si tu ne veux frapper d'interdit ta production entière. Ne laboure pas avec un bœuf et un âne attelés ensemble. Ne te couvre pas d'une étoffe mixte, mélangée de laine et de lin. Tu feras des franges aux quatre coins du vêtement dont tu te couvres" (22,9)


Concernant la défense de revêtir une étoffe faite de laine et de lin, le Roch tente de l'expliquer par le fait que le rideau du Temple fut confectionné de ces deux matières. Tout comme la Torah défend d'imiter la composition de l'encens, de même elle a voulu garder en exclusivité l'usage d'un tissu confectionné de laine et de lin pour le service divin.
Autre théorie : La laine produit du mouton lequel fut offert par Abel, et le lin produit de la terre, objet d'offrande de Caïn, sont tous deux les éléments de la première discorde suivie du premier homicide. La Torah a défendu leur union qui rappelle la victoire du Satan sur la vertu : Chaatnez a un rapport phonétique avec Satan Ez (Satan puissant) (Zohar)
(Les Sentiers de la Torah, Maurice Stern)

 

Chabbat Chalom

 


R. Chmouel Olivier
 

La journée d'étude d'aujourd'hui est dédiée à l'élévation de l'âme de Jakeline Bat Mékha zal.