Votre compte

בס"ד

Accueil > Cours écrits > Perles sur la parachat Kora'h
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Perles sur la parachat Kora'h

Mardi 16 juin 2015

Perles recueillies en survolant le Séder de Korah'.

 

 

Pudeur quand même


"Coré, fils de Yiçhar, fils de Kehath, fils de Lévi, forma un parti avec Dathan et Abirâm, fils d'Elïab, et On, fils de Pélet, descendants de Ruben" (16,1)


Les Sages, dans le traité de Sanhédrin, nous racontent l'histoire de l'adhésion (heureusement) ratée de On Ben Pélet, membre de la tribu de Réouven et qui promis fidélité à Korah', mais sauvé de justesse par sa formidable épouse. Celle-ci essaya de raisonner son mari en lui faisant remarquer que de toutes les manières il n'était qu'un élève parmi des notables et que sa participation au "coup d'état" ne servirait donc pas son grade social. Mais On Ben Pélet avait prêté serment de loyauté au clan des dissidents et ne se voyait pas trahir sa parole.

 

Aussi, madame usa-t-elle d'une ruse qui s'avéra productive : elle fit boire à son mari du vin et celui-ci s'en alla se reposer. Puis elle sortit sur le pas de sa porte et ôta le couvre-chef qu'elle portait pour dévoiler ses cheveux. Les personnes qui devaient passer devant la maison d'On Ben Pélet, qui étaient saints et pudiques, n'osaient pas s'approcher de la maison, pour ne pas offrir à leurs yeux le spectacle interdit, et retournèrent sur leurs pas. C'est ainsi qu'On fut sauvé. Hormis le mérite de cette femme, que les Sages n'ont pas manqué de souligner, c'est l'ambiance globale de sérieux et de sainteté qui frappe le lecteur : le clan de Korah' est désigné de manière tout à fait négative par la Torah ; et pourtant, même ceux-là, n'osaient pas ne serait-ce que "passer" devant des cheveux découverts !

Le Rav Sterenboukh fait ainsi remarquer le fossé qui sépare les générations anciennes des nôtres !


 

L'onction en moins


" Prenez chacun votre encensoir, mettez-y du parfum et apportez, devant le Seigneur, chacun votre encensoir, deux cent cinquante encensoirs ; toi aussi et Aaron, chacun le sien." (16,17)


Hachem demande à Moché et Aharon de prendre chacun sa propre Mah'ta pour offrir la Kétoret, qui servira à démontrer la légitimité de Moché et de ses fidèles.  Bien qu'Aharon aurait pu se servir de la Mah'ta du Sanctuaire, il lui est ici demandé d'en utiliser une nouvelle. En effet, les ustensiles utilisés au Sanctuaire avaient, pour être validés, fait l'objet d'onction par Moché Rabénou. Le clan des ennemis aurait alors pu prétendre que ce n'est que parce que les ustensiles utilisés par Aharon ont fait l'objet d'onction que la Kétoret fut agréée.

C'est donc pour ôter toute excuse de ce genre qu'Aharon se procura une nouvelle Mah'ta! (Méchekh H'okhma)


 

La bouche ancestrale


Korah' et son groupe furent donc avalés par la terre, qui ouvrit sa "bouche".

Cette ouverture, disent les Pirké Avot (5,6), fut créée au tout début de l'histoire de l'humanité, le vendredi, dans les instants qui accueillent le Chabat. Que d'anticipation pour un évènement qui se produira bien plus tard ! Quoi qu'il en soit, nous constatons que la dispute est une faute tellement grave que sa punition ne s'improvise pas !
Le moment précis de "Ben Hachémachot" évoqué par la Michna n'est pas non plus anodin. Rappelons que les six jours de la Création correspondent aux six millénaires de l'histoire, le septième jour correspondant lui aux septième millénaire, celui du Machiah' et du monde à venir. Le moment évoqué est donc celui qui précède celui de la venue du Machiah', moment que nous identifierons volontiers comme la période que nous vivons actuellement.

Or c'est précisément en s'éloignant de toute haine gratuite et dispute inutile que la délivrance se fera certaine. Ce n'est donc pas un hasard si l'ouverture de la terre, censée mettre fin à la dispute provoquée par Korah' fut créée juste avant le septième jour : ceci afin que notre génération se rappelle de la lecon de Korah' pour hâter la délivrance. Car si le second temple fut détruit à cause de la haine gratuite, il sera assurément reconstruit lorsque le sentiment de fraternité animera tout à chacun. (Rabbi Yossef H'ayim de Bagdad, Birkat Avot).

 

Les profondeurs de la Torah


Les gens qui entouraient Korah' se sont donc trouvés engloutis par la terre, qui les conduisirent au plus profond des abimes. Pourquoi cette disparition brutale ? C'est que Korah', dans son entreprise de déstabilisation générale, usa d'arguments démagogiques pour tourner en dérision certaines mitsvots. Par exemple, dit-il, pourquoi apposer à un vêtement entièrement Tékhélet (bleu azur) des fils de la même couleur ? Pourquoi apposer à une demeure remplie de rouleaux sacrés une Mézouza? Comme s'il ignorait que nous ne cernons que très partiellement les raisons d'exister de telle ou telle mitsva. Que le Créateur a ses raisons que notre raison ignore. C'est donc, symboliquement, dans les profondeurs des abîmes que les "Koréens" finiront peut- être par comprendre qu'ils n'ont pas tout saisis de la profondeur des Mitsvots. (D'après Rav Yéhonatan Aybechitz, Tiferet Yéhonatan)

 

R. Chmouel Olivier.     


 

   
     

 

La journée d'étude d'aujourd'hui est dédiée au complet rétablissement de Tova Rachel bat Sarah Braha. Merci de prier pour elle !