Votre compte

בס"ד

Accueil > Cours écrits > Perles sur Parachat Vayechev
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Perles sur Parachat Vayechev

Jeudi 11 décembre 2014

Quelques perles recueillies en survolant le Séder de Vayéshev.

 

Ne pas avancer, c'est reculer.


"Voici l'histoire de Yaakov. Yossef etc". Yaakov est un patronyme désignant aussi bien le célèbre patriarche que le peuple juif dans son ensemble. Quant au nom ''Yossef" il a une racine qui évoque l'augmentation, la croissance. C'est ce qui fera dire à Rabbi Ménah'em Mendel de Rimanov: le rôle des juifs est de ne pas stagner au même niveau. Ils doivent au contraire progresser constamment dans l'étude et la pratique des Mitsvots. Car là où on ne monte pas, on descend inéluctablement.

 

Parler pour se comprendre

 

Le texte précédent la scène de la capture de Yossef par ses frères dit: "Ils l’aperçurent de loin ; et, avant qu’il fût près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir." Un des maîtres commentait ces mots ainsi:

 

Lorsque des personnes qui ont un malentendu maintiennent entre elles un éloignement et ne se parlent pas, elles ne font qu'accentuer le sentiment de haine qu'ils ressentent chacun. Au contraire, si elles amorcent un dialogue elles auront toutes les chances, en écoutant chacun les arguments et les plaintes de l'autre, de se réconcilier et d'oublier les rancœurs du passé. C'est ce qu'allusionne le texte en disant ''ils l'aperçurent de loin"...

 

Devancer la demande.


Yossef est envoyé par son père pour chercher ses frères. C'est un homme qu'il rencontra durant sa recherche qui lui indiquera le chemin pour les trouver. Cet épisode est décrit ainsi: " Un homme le trouva errant dans la campagne ; cet homme lui demanda : « Que cherches-tu ? »" Cet homme qui interpella Yossef est, nous apprend Rachi, l'ange Gabriel. Qu'est-ce qui poussa donc les Sages à cette identification? N'est-ce pas naturel, lorsque l'on cherche un chemin, d'interroger un passant ou un chauffeur de taxi? Pourquoi ce personnage est-il nécessairement un ange?

 

Le Rav Avrahamski explique: Il est effectivement fréquent d'interroger un passant pour obtenir une information. En revanche, a-t-on déjà vu un passant se diriger vers quelqu'un pour lui demander: "vous cherchez une rue? Un magasin?" Avouons que la scène est moins fréquente…Or une lecture attentive du verset montre bien que ce n'est pas Yossef qui alla trouver l'homme, c'est l'homme qui alla trouver Yossef! C'est, conclut le Rav, qu'il s'agit manifestement d'un ange spécialement missionné pour diriger Yossef…

 

Agir en confiance.


Yossef demanda au maitre-échanson de ne pas oublier de le mentionner auprès du pharaon. Les maîtres enseignent que Yossef, pour avoir placé sa confiance en un être humain, en l'occurrence le maître-échanson, séjournera deux années supplémentaires en prison.

 

Le Rav Wolbe fait remarquer qu'en lisant attentivement les mots de Rachi on discernera que ce n'est pas pour avoir entrepris une démarche somme toute compréhensible qu'il sera sanctionné. C'est pour "avoir placé sa confiance en lui". Car lorsqu'un homme fournit un effort en vue d'un résultat, il ne doit pas oublier que ce n'est que par la volonté de D. que pourra se produire quelque chose. C'est que les phénomènes naturels ne sont qu'une illusion: tout dépend de Sa volonté.

 

La pudeur royale.
 

Rachi rapporte que c'est parce que Tamar était pudique dans la maison de son beau-père qu'il fut décrété qu'elle serait l'ancêtre de la dynastie des rois d'Israël. On a tendance à penser qu'un roi doit être une personnalité au tempérament énergique, voir sulfureux. Or ici nous apprenons que la royauté est le corollaire  de  la Tséniout. C'est ce qu'enseigne le Talmud: "Quiconque fuit la gloire; la gloire le poursuit."

 

Face à la tentation, la responsabilité.

 

La Tora rend compte du refus de Yossef de céder aux avances de la femme de Poutifar: "Il  refusa, en disant à la femme de son maître : " Vois, mon maître ne me demande compte de rien dans sa maison etc." Le verbe "Vaymaen", "il refusa", est accompagné d'un signe de cantillation nommé "chalchélete", qui signifie une chaîne. C'est que, dit une fois le Rebbe (actuel) de Radzin, au moment où Yossef était face à la tentation, le visage de son père lui apparut pour lui dire: "Yossef! (Les noms de) tes frères apparaîtront sur les pierres du Ephod (un des vêtements porté par le Grand Prêtre dans le Temple) et le tien y figurera également. Souhaites- tu qu'il soit effacé de parmi eux?"

 

Il en ressort donc que c'est le refus de voir son nom effacé, c’est-à-dire sa descendance compromise, qui donna à Yossef le courage de résister au désir. D'où l'allusion à la chaîne des générations dans le signe musical évoqué. (Rav I. Z. Pollak, Anvers)

 

R. Chmouel Olivier.

La journée d'étude d'aujourd'hui est dédiée à l'élévation de l'âme de Jakeline Bat Mékha zal.