Votre compte

בס"ד

Accueil > Questions / Réponses > Michloah Manot : Brioche et confiture ??
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

Michloah Manot : Brioche et confiture ??

vu 103 fois
Catégories : Fêtes juives
femme
28 questions
  • Badge question réponse
3médaille d'or
0médaille d'argent
0médaille de bronze
Mardi 19 février 2019 à 20h11

Bonsoir Rav Est-il possible de faire un michloah manot avec une brioche et un pot de confiture? est-ce que le fait que d'habitude la confiture ne soit pas consommée seule nous empêche de considérer qu'il y a 2 brahot ?

Mercredi 20 février 2019 à 18h52

Chalom !

 

Mon opinion est que ce n'est pas nécessaire de mettre dans les Michlohé Manot " 2 Brakhot ". Il faut mettre deux espèces.

 

Cf. http://www.torahacademy.fr/scoop-2-brah-ot-pour-le-michloah--manot

 

Si votre question est de savoir si ceci est considéré comme étant deux espèces, c'est une très jolie question, il me faut m'étandre sur un long raisonnement pour y répondre, j'essayerai Bli Neder de trouver un peu de temps d'ici demain. 

 

Kol touv !

homme
3 questions
  • Badge question réponse
40médaille d'or
0médaille d'argent
1médaille de bronze
Jeudi 21 février 2019 à 19h46

Merci beaucoup ! Ce sera avec plaisir pour le raisonnement promis !

Jeudi 21 février 2019 à 21h46

Chalom Ouvrakha !

 

Voici le raisonnement promis :


La question que vous posez est très intéressante. Le Béér Hétev vous a précédé lorsqu’au chapitre 695 § 7, il a écrit au nom du Edout Béyaakov chap. 92 : « Celui qui a envoyé à son ami (le jour de Pourim en tant que Michloa’h Manot) un poisson ]panné[ à l’œuf, ou un pain badigeonné d’une couche d’œuf, il y a lieu de s’interroger s’il s’est acquitté de son devoir de Michloa’h Manot ».

 

Le doute consiste à s’interroger si l’on peut considérer cela comme étant deux espèces différentes, le poisson ou le pain d’autre part, et l’œuf d’autre part, ou si l’on va considérer que l’œuf étant subalterne au poisson ou au pain, il n’est en fait pas à être considéré comme faisant partie à part.

 

Au sujet du Erouv Tavchilin où il est exigé selon Beth Chamaï que l’on y prépare 2 plats, la Michna atteste qu’un poisson recouvert par de l’œuf est considéré comme 2 plats et peut pleinement jouer le rôle de Erouv Tavchilin. De là, on voit clairement, qu’aux yeux de nos maîtres l’on considère cela comme 2 plats distincts. D’autre part les décisionnaires se sont interrogés si l’on pouvait étendre cette déduction aussi à la Séouda Mafsékét de la veille du 9 Av au sujet de laquelle il est interdit de consommer 2 plats. Nous serions tentés de dire qu’un poisson pané à l’œuf serait bel et bien considéré par nos Sages comme constituant en fait 2 plats et il serait interdit d’en consommer lors de la Séouda Mafsékét.

 

Toutefois certains décisionnaires ont désapprouvé cette opinion en disant que ce n’est qu’au sujet du Erouv Tavchilin qui est une institution de nos Sages, que ceux-ci dans une intention de se montrer laxistes ont accepté de considérer cela comme étant 2 plats, mais de là en déduire qu’on va se montrer stricte au sujet de la Séouda Hamafsékét et interdire cela, non.
Le Aroukh Hachoul’han (chap. 695 § 17) au sujet des lois de Michloa’h Manot a tranché dans le sens de l’interdit. En effet, affirme-t-il les fameuses Manot que nous sommes dans le devoir d’offrir à un ami se doivent être importantes et non dérisoires. C’est pourquoi, il est évident selon lui que le panage du poisson ne peut en aucune façon être considéré comme étant un plat en tant que tel. 

 

A contrario, le Caf Ha’haïm (chap. 695 § 44) rapporte au nom du Kissé Eliahou qu’il est évident que poisson et son panage sont considérés comme 2 plats. En effet, au même titre que le Ramban considère le poisson et le panage comme étant un seul plat au sujet de Séouda Hamafsékét puisque l’intention de nos Maîtres est de se montrer laxiste, au même titre au sujet de Michloa’h Manot le fait de se montrer laxiste permet de considérer cela comme étant deux espèces et selon lui, on s’acquitte donc de son devoir de cette façon là !

 

Pour en revenir à votre question, à savoir offrir un pain et un pot de confiture il semble que vous pouvez sans aucun problème l’offrir et ainsi vous acquitter de votre devoir. En effet, même le Aroukh Hachoul’han qui s’y oppose parlait de panage, plat dérisoire, ce qui n’est pas le cas d’un pot de confiture à part. (Si votre question concernait un sandwich garni à la confiture, là effectivement vous seriez dans l’impossibilité de vous acquitter de la Mitsva selon le Aroukh Hachoul’han.

 

De plus la confiture n’est pas forcément considérée comme étant un aliment accompagnateur. La preuve la plus flagrante est que le Choul’han Aroukh traite d’une personne qui souhaite manger de la confiture et qui pour ne pas se salir les mains se sert d’une espèce de biscotte pour la soutenir. Dans certains cas la Brakha récitée sur la confiture acquittera le Mézonot que l’on aurait dû réciter sur la biscotte.

 

Kol touv !

Poser une question complémentaire

Vous devez être connecté pour poser une question au Rav!