Votre compte

בס"ד

Accueil > Dovater
Envoyez à un ami

Envoyer cette page à un ami

X

dovater

homme
33 ans
sarcelles
France
Badges
  • Badge question réponse

372médaille d'or
2médaille d'argent
3médaille de bronze

Toutes les questions posées par dovater

Chabbat

Imposer l'entrée de Chabbat à sa famille ?

- Vendredi 12 septembre 2014 à 14h03 vu 577 fois

Shalom cher Rav, J'ai entendu que lorsque un homme fait "entrer" le Chabbat, alors automatiquement son épouse (voire ses enfants) acceptent également le Chabbat. Je ne me souviens plus où j'ai lu ou entendu cela. Est ce que vous le confirmez ? Cela signifierait que, particulièrement en été, lorsque je suis à la synagogue et qu'on fait Barekhou de Arvit, ma femme ne doit absolument plus faire de travail interdit (ne serait-ce qu'allumer les bougies). Il faudrait que je la prévienne à l'avance de l'horaire (forcément approximatif) de mon acceptation de Chabbat à la synagogue. Merci beaucoup !

Chalom Ouvrah'a!

 

C'est l'objet d'une controverse entre nos Maîtres.

 

Le Rav Moché Feinstein (Chout Igerot Moché Tome 3 chapitre 38) écrit que la femme et les enfants sont tenus d'observer le Chabbat dès lors que le chef de famille a reçu Chabbat par la Téfila. 

 

Il précise toutefois que si le mari ne prend sur lui Chabbat plus tôt que pendant l'été etc. la femme n'est pas tenue.

 

Le Rav Wozner Chlita (Chévèt Halévy Tome 7 chapitre 35) est d'accord qu'elles reçoivent Chabbat avec la prière du mari. Mais il réfute l'opinion du Rav Feinstein que si cette attitude n'est faite qu'en été pour ne pas manger trop tard, elle n'engage pas les femmes et les enfants. D'après lui, dès lors que l'homme a pris Chabbat sur lui, sa femme et ses enfants doivent eux aussi avoir fait entré le Chabbat.

 

A contrario l'opinion du Béér Moché (Tome 2 chapitre 19) est que la femme n'est pas tenue de recevoir Chabbat dès le moment où le mari a reçu Chabbat sur lui.

 

Chabbat chalom!

Coller des gomettes pendant Chabbat

- Lundi 27 avril 2015 à 10h43 vu 484 fois

Shalom Rav,

Mes enfants collent parfois des gommettes sur les murs ou les meubles pendant Chabbat ? Est ce vraiment interdit ? sachant que c'est une gommette (donc souple) collée sur une surface dure.

De plus, en général, ils les collent et les décollent plusieurs fois pour s'amuser. Si c'est interdit, faut il "fermer les yeux" ou empêcher les enfants (moins de 4 ans) de le faire ?

Merci beaucoup !

Chalom!

 

Certains décisionnaires ont voulu émettre l'hypothèse que lorsqu'on colle une matière sur une surface dure, qu'il n'y a pas de problème de Tofer.

 

C'est dans ce sens que, en cas de guère en Israël lorsqu'il fallait coller des matières isolantes sur les murs, le Rav Elyachiv zatsal disait qu'il vaut mieux coller ces matières à même le mur plutôt que les coller sur une surface souple.

 

Toutefois de là autoriser c'est encore pas évident!

 

Le mieux serait de leur apprendre à ne pas faire cela pendant Chabbat!

 

Kol touv!

Discussions sur la Alya pendant Chabbat

- Mercredi 29 avril 2015 à 09h30 vu 610 fois

Bonjour cher Rav,

Nous assisterons SDV ce Chabbat à un Chabbat plein organisé par l'agence juive, où il y aura des conférences sur la Alya durant le Chabbat.

Le programme des conférences sera :

- Présentation de tous les participants et de leur projet d'Alyah ?

- L'épopée du Peuple d'Israël. Difficultés du changement et comment les surmonter ??

- Présentation des villes et des services disponibles.

- L'éducation? Ecoles, transports scolaires, Ganim, internats, cantines?

- Et après l'école? ? mouvements de jeunesse, soutien scolaire, sorties organisées, groupes sportifs de préparation à l'armée??

- Les défis de mon Alyah Speed-Dating

- Entretiens individuels avec les représentants des municipalités

Je ne sais pas exactement quelle est la teneur de ces conférences. je pense que l'agence juive se base sur le fait que la Alya constitue une Mitsva (de la Torah ou Derabanan) donc il est autorisé de parler des détails la concernant durant Chabbat.

Mais en réalité, il y a peut-être des limites à cette autorisation...

A-t-on le droit d'écouter ces conférences pendant Chabbat ?

De quoi avons nous le droit de parler durant Chabbat à ce sujet ?

Merci beaucoup pour vos réponses !

Chalom Ouvrah'a!

 

Le Choulh'an Arouh' au chapitre 306 autorise à acheter la maison d'un non juif appartenant en Israël pendant Chabbat bien qu'il s'agit d'une acquisition pendant Chabbat et qu'on fait signer à l'écrit le non juif etc. vu qu'il s'agit d'une Mitsva de première grandeur cela est autorisé pendant Chabbat.

 

Ce genre de conférences dès lors qu'elles ne traitent que de concepts généraux et non de travaux interdits elles ne sont pas sensées être interdites.

 

Ce n'est pas interdit de parler de choses profanes pendant Chabbat (mais que déconseillé) dès lors qu'on ne mentionne pas le fait qu'on fera des travaux interdits.

 

Par exemple c'est interdit de dire je prendrai la voiture demain, vu que c'est interdit pendant Chabbat de prendre la voiture. Par contre c'est permis de dire "demain j'airrai à tel endroit" vu que même pendant Chabbat c'est autorisé de se déplacer à pieds et que je ne fait pas mention du voyage en voiture dans ma phrase.

 

C'est pourquoi je vois rien de vraiment interdit dans cette organisation. Visiblement ils ne pourront pas obtenir le même effectif s'ils le font en semaine et c'est pourquoi ils le font Chabbat.

 

Ne connaissant tout de même pas le programme exact et l'atmosphère générale de ce Chabbat je vous conseillerai toutefois de leur demander quel est le Rav qui veille à ce que tout soit Cacher (y compris les sujets bordés pendant ces conférences). et de cette façon vous serez certain que cela sera fait de façon autorisée.

 

Kol touv!

Essuyer de l'eau avec une serpillère

- Samedi 31 octobre 2015 à 21h35 vu 541 fois

Chavoua Tov cher Rav,

 

Pendant Chabbat, peut on essuyer de l'eau renversée par terre avec une serpillère, même sale (en prenant garde à ce qu'elle ne soit pas trop imbibée d'eau pour ne pas l'essorer) ?

 

Y aurait il un problème de Kibbous (laver) étant donné que cette serpillère est sale, même si on ne fait généralement pas attention à son état de saleté ?

 

Merci beaucoup Rav !

Chalom!

 

Etant donné que c'est דרך לכלוך c'est à dire que cette procédure est plus de matière à salir la serpillère que de la nettoyer c'est autorisé bien que celle ci est sale, d'après certains décisionnaires mais à condition que votre intention ne soit pas de la nettoyer.. (Choulh'an Arouh' et Rama chapitre 302, lisez aussi la conclusion du Béour Halah'a qui tend vers cette opinion.)

 

Si vous pouvez vous procurer une serpillère propre, c'est sûr que c'est mieux pour éviter tout problème et pour tenir compte des décisionnaires qui prétendent que Dereh' Lih'louh' n'autorise que dans la mesure où le vêtement était déjà propre (telle est l'opinion du Peri Mégadim et du Olat Tamid rapportés par le Béour Halah'a).

 

Kol touv!

Ajouter de l'eau dans la Clim pendant Chabbat

- Lundi 18 juillet 2016 à 09h33 vu 356 fois

Chalom Rav,

 

J'ai achete un climatiseur mobile sur roulettes. Il possede un reservoir d'eau a remplir regulierement (toutes les 2 heures environ).

 

Sans eau, la clim fonctionne mais est moins efficace (il fait moins froid).

 

Ai je le droit de remplir ce reservoir pendant Chabbat ?

 

Merci beaucoup !

Chalom!

 

Je ne vois pas quel est le problème, mais il faudrait que vous me donniez tous les problèmes éventuels et toutes les modification électriques qu'il pourrait y a voir au moment où vous mettez de l'eau pour que je puisse vous répondre de façon précise.

 

Kol touv!

Separer salade de l'assaisonnement Chabbat

- Mercredi 27 juillet 2016 à 09h37 vu 370 fois

Shalom Rav, J'ai un plat de carottes râpées assaisonnées avec du jus de citron. Je voudrais retirer ce jus de citron :

- est ce que je peux incliner l'assiette pour que le jus aille d'un coté de l'assiette ?

- est ce que je peux presser les carottes râpées pour retirer ce jus de citron ? (problemes de Borer et Dash a priori)

Merci Rav !

Chalom!

 

1- C'est un problème si vous retirez ce jus parce que vous n'en n'êtes pas intéressé. 

Ceci est considéré comme retirer le mauvais du bon qui est interdit. Toutefois la partie qui n'est pas contenue et mélangée dans les carottes mais se trouva à la surface il n'y a pas de problème.

 

Certains ont voulu dire que puisque c'est dans un même ustensile il n'y a pas de problème, mais je pense qu'ils ont tord. 

 

2- Si vous le faites pour les carrottes et non pas pour le jus c'est autorisé (Choulh'an Arouh' Chap. 320 § 7). 

 

Kol touv!

Rester dans le train a l'entree de Chabbat

- Lundi 07 novembre 2016 à 09h08 vu 398 fois

Shalom Rav,

 

Une question d'une personne qui habite en region parisienne. Si elle monte dans un train avant Chabbat, peut-elle de rester dans le train jusqu'a sa destination et d'en sortir pendant Chabbat ?

 

En supposant qu'il n'y a pas de probleme de Erouv (car il y a continuite de maisons) ni de Hotsaa (ne porte rien) ni de vol (abonnement mensuel pour le train).

 

Peut on autoriser cela en general ?

 

de facon exceptionnelle (retard de trains etc...) ?

 

Merci Rav !

Chalom Ouvrakha.

De façon exceptionnelle (cas d'extrême force majeure, on peut rester dans le train).

De façon générale, sûrement pas, excepté le Rav Soloveitsik qui a voulu l'autoriser, les autres décisionnaires l'ont interdit.

Kol touv!

Gymnastique post accouchement

- Dimanche 19 février 2017 à 08h09 vu 311 fois

Bonjour Rav, Peut on faire de la gymnastique post accouchement pendant Chabbat ? Il s'agit de contracter ses abdos et autres exercices en etant assise ou allongee. merci Rav !

Chalom Ouvrakha!

 

Les décisionnaires en fin de chapitre 328 stipulent que toute gymnastique faite pas dans l'intention de transpirer est autorisée.

Dans votre cas telle n'étant pas l'intention, pas de problème. Telle est l'opinion entre autre du Or Letsion (tome 2 chap. 36 § 12).

 

Béhatslah'a et Mazal Tov!

Utiliser de la creme chantilly pendant Chabbat

- Mardi 23 mai 2017 à 16h49 vu 309 fois

Bonjour Rav,

Peut on pendant Chabbat mettre sur un gâteau de la crème type chantilly : 1. avec une spatule (pb d'étaler ?) 2. avec une seringue et embout (pb d'écrire ?) 3. avec une aérosol (pb d'écrire ?)

Merci beaucoup Rav !

Chalom Ouvrakha!

 

Veuillez lire la réponse suivante : http://www.torahacademy.fr/creme-chantilly-chabbat

 

En ce qui est d'étaler de la nourriture, le Béour Halakha en fin du chapitre 321 prouve qu'il n'y a pas de problème en ce qui concerne la nourriture.

 

Un embout normal ou avec des formes simples un peu zigzaguées etc. c'est bon. Mais écrire des mots ou faire des formes précises etc. c'est un problème.

Kol touv !

Coupure de courant penant Chabbat

- Dimanche 02 juillet 2017 à 09h01 vu 289 fois

Bonjour Rav,

 

Pendant Chabbat, il arrive que les enfants s'amusent avec les interrupteurs.

 

Que faut-il faire dans les situations suivantes :

 

1. Un enfant a éteint la clim.

 

a. Si l'enfant veut rallumer la clim (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

b. Si l'enfant a rallumé la clim, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

2. Un enfant a coupé le courant de toute la maison (ce qui est embêtant, c'est surtout la lumière, le frigo et le congélateur) :

 

a. Si l'enfant veut rallumer le courant (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

b. Si l'enfant a rallumé le courant, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

c. A priori, que faut il faire ?

 

Dire a un Goy de rallumer le courant ?

 

Merci beaucoup Rav !

Bonjour Rav,

 

Chalom Ouvrakha !

 

Je suis désolé de ne pas avoir répondu à votre question mais la veille j'ai répondu à une question quasiment identique et je pensais qu'il s'agissait de la même question, mais comme vous m'avez fait part aujourd'hui du fait que je ne vous ai pas répondu, je m'empresse de le faire.

 

Donc avant tout veuillez svp lire la réponse en question :

 

http://www.torahacademy.fr/chabat-profit-allumage-par-enfant

 

Pendant Chabbat, il arrive que les enfants s'amusent avec les interrupteurs.

Que faut-il faire dans les situations suivantes :

1. Un enfant a éteint la clim.

a. Si l'enfant veut rallumer la clim (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

Non, à moins qu'il ne soit pas encore en âge de comprendre ce que c'est que " oui " ou " non ". Disons que jusqu'à 2 ans ce n'est pas un problème. Ensuite selon la maturité de l'enfant ça peut déjà l'être. 

 

b. Si l'enfant a rallumé la clim, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

S'il a moins que l'âge en question, pas de problème. S'il a plus tout dépend de la raison pour laquelle il l'a rallumée comme précisé dans ma réponse précédente.

 

2. Un enfant a coupé le courant de toute la maison (ce qui est embêtant, c'est surtout la lumière, le frigo et le congélateur) :

 

a. Si l'enfant veut rallumer le courant (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

Pareil qu'avant.

 

b. Si l'enfant a rallumé le courant, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

Pareil qu'en haut. Vous pouvez ne pas quitter la pièce mais ne faites pas ce que vous n'auriez pu faire dans l'obscurité comme par exemple lire un livre etc. 

 

c. A priori, que faut il faire ?

Dire a un Goy de rallumer le courant ?

 

S'il y a une grande perte, ou une grande nécessité comme par exemple qu'il fait très froid et qu'il y a des enfants en bas âge ou très chaud selon certains (Rav Moché Feinstein zatsal) etc. alors demander au non-juif par allusion qui n'est pas sous forme d'ordre qu'il allume.

 

Merci beaucoup Rav !

 

Kol touv !

 

Sac poubelle pendant Chabbat

- Mercredi 19 juillet 2017 à 12h08 vu 277 fois

Bonjour Rav,

Pendant Chabbat , ai-je le droit de prendre un sac poubelle a moitie plein et de le déplacer pour y mettre d'autres ordures dedans ?

 

Chalom !

 

Vous avez le droit, ceci entre dans le cadre de ce que j'ai répondu dans le lien suivant :

 

http://www.torahacademy.fr/poubelles

 

Si vous avez mis dans la poubelle Chabbat quelque chose qui n'est pas Mouktsé comme une pistache comme certains le font a fortiori que ce sera possible.

Kol touv !

Bessamim sur les fleurs du voisin

- Jeudi 17 ao√Ľt 2017 √† 07h49 vu 241 fois

Bonjour Rav,

 

En marchant dans la rue pendant Chabbat, je sens une bonne odeur de jasmins.

 

Ce sont des fleurs qui ont été plantes dans la cour d'un habitant et qui débordent sur la voie publique.

 

Est ce que je dois faire la Berakha Atse Bessamim dessus ?

 

Est ce que je dois les prendre en main même pendant Chabbat ? (a vrai dire, j'avais pose la question a un Rav en hébreu, et il m'a dit que selon le Ben Ich Hai, si ces fleurs n'ont pas été plantées pour l'odeur, on ne fait pas de berakha dessus.

 

Mais je n'ai pas compris si finalement il fallait faire la Berakha dans mon cas ou non)

 

Merci beaucoup Rav.

Chalom Ouvrakha !

 

En ce qui est de la Brakha des odeurs vous pouvez très bien la réciter alors que ces fleurs ne vous appartiennent pas. En effet, vous ne volez rien lorsque vous profitez de ces odeurs. De plus ce n'est pas censé le déranger que vous profitiez de leur odeur. 

 

En ce qui est de la Brakha sur une fleur qui a été plantée dans un autre but que l'odeur, le Choul'han Aroukh stipule qu'il n'y a pas de bénédiction à réciter (chap. 217 § 2). 

 

Toutefois, si l'on souhaite dorénavant s'en servir pour la sentir, il est autorisé de réciter la bénédiction. 

C'est pourquoi je vous dirai la chose suivante. Si vous pouvez vérifier auprès de celui qui les a planté dans quel but il les a plantés ceci pourrait nous aider.

 

Dans le doute, étant possible qu'il les aient plantés uniquement pour la décoration, vous ne pouvez lorsque vous sentez l'odeur au loin réciter une bénédiction. (Cf. Chout Az Nidbérou tome 14 chap. 11).

Par contre si vous vous approchez de ces fleurs (suffisant selon le 'Hazon Ich) ou encore mieux que vous tenez dans votre main ces fleurs en ayant la formelle intention de profiter de leur odeur, il vous sera possible de réciter la bénédiction (Choul'han Aroukh chap. 216 § 2).

 

Le fait de prendre entre vos mains des fleurs alors qu'elles ne vous appartiennent pas n'est pas un problème, du fait que les gens ne sont pas pointilleux à ce sujet, à moins qu'ils l'aient écrit explicitement sur un panneau ou d'une autre façon (cf. Choul'han Aroukh 'Hochen Michpat chap. 359 § 1.

 

Nous avons détaillé ces lois dans notre livre sur les lois de Hachavat Avéda qui doit Béézrat Hachem sortir sous peu.  

 

En ce qui est de sentir des odeurs odoriférantes pendant Chabbat la Halakha est la suivante :

 

- S'il s'agit d'arbres fruitiers :

 

il est interdit de sentir leur odeur de peur qu'on en vienne à cueillir le fruit pour le consommer (Choul'han Aroukh chap. 336 § 10).

 

- S'il s'agit de myrte etc. c'est à dire d'arbres qui ne sont pas censés être consommés :

 

il est autorisé de le sentir selon le Choul'han Aroukh (ibid. Cf. aussi Michna Béroura qui rapporte des opinions plus strictes).

 

Au sujet de les toucher et les manipuler etc. évidemment sans les arracher, l'opinion du Rama (chap. 336 § 1. Cf. aussi Michna Béroura § 14) est que s'il s'agit d'herbes qui resteront toujours tendres, il est autorisé de les manipuler, mais s'il s'agit d'herbes qui vont se durcir avec le temps et a fortiori s'il y a déjà un tronc tel que le myrte c'est interdit de les manipuler.  Telle est l'opinion du Caf Ha'haïm (chap. 336 § 62) qu'il est interdit de toucher le myrte lors de la Brakha. Toutefois l'opinion du Beth Yéhouda (tome 1 chap. 11) est d'autoriser, telle est aussi l'opinion du Méiri et c'est dans ce sens qu'a été le Rav Ovadia zatsal ('Hazon Ovadia Pessa'h page 21) au sujet de Birkat Hailanot.

 

Kol touv ! 

Deplacer les Nerot de Chabbat apres leur allumage

- Mercredi 28 février 2018 à 08h17 vu 198 fois

Shalom Rav, pour des raisons de sécurité, je voudrais déplacer les Nerot de Chabbat après que ma femme les allume.

C'est pour les mettre dans un lieu très en hauteur pour ne pas que les enfants puisses y accéder (mais ma femme n'arriverait pas a les allumer si haut).

Est ce permis ?

Merci beaucoup et Pourim Sameah !

Chalom Ouvrakha !

 

Le Rama (chap. 263 § 10) stipule qu'il faut allumer à l'endroit de l'allumage, et pas allumer à un endroit et ensuite déplacer les Nérot à un autre endroit.

 

Toutefois le Michna Béroura rapporte des décisionnaires qui affirment que si au premier moment on a allumé à un endroit où on se sert de cette lumière, il n'y a ensuite pas de problème de déplacer ces même Nérot vers un autre endroit. Ce n'est que lorsqu'au premier moment on a allumé à un endroit où on n'a pas besoin de cette lumière que les déplacer ensuite s'avère être non efficace. 

 

Toutefois il rapporte ensuite une opinion selon laquelle même dans ce cas de figure, il y a un problème et il conclut qu'en cas de nécessité on peut se reposer dessus.

 

Donc si vous n'avez concrètement pas d'endroit en sécurité, vous pourrez vous reposer sur cela.

Si vous n'avez pas encore pris Chabbat sur vous au moment de son allumage vous n'êtes pas encore concerné par les problèmes de Mouktsé ni les autres problèmes inhérents à une éventuelle extinction etc. et il n'y a donc pas de problème. 

 

Kol touv et Pourim Saméa'h !!

Trier (Borèr)

Separer salade de l'assaisonnement Chabbat

- Mercredi 27 juillet 2016 à 09h37 vu 370 fois

Shalom Rav, J'ai un plat de carottes râpées assaisonnées avec du jus de citron. Je voudrais retirer ce jus de citron :

- est ce que je peux incliner l'assiette pour que le jus aille d'un coté de l'assiette ?

- est ce que je peux presser les carottes râpées pour retirer ce jus de citron ? (problemes de Borer et Dash a priori)

Merci Rav !

Chalom!

 

1- C'est un problème si vous retirez ce jus parce que vous n'en n'êtes pas intéressé. 

Ceci est considéré comme retirer le mauvais du bon qui est interdit. Toutefois la partie qui n'est pas contenue et mélangée dans les carottes mais se trouva à la surface il n'y a pas de problème.

 

Certains ont voulu dire que puisque c'est dans un même ustensile il n'y a pas de problème, mais je pense qu'ils ont tord. 

 

2- Si vous le faites pour les carrottes et non pas pour le jus c'est autorisé (Choulh'an Arouh' Chap. 320 § 7). 

 

Kol touv!

Allumage des bougies

Imposer l'entrée de Chabbat à sa famille ?

- Vendredi 12 septembre 2014 à 14h03 vu 577 fois

Shalom cher Rav, J'ai entendu que lorsque un homme fait "entrer" le Chabbat, alors automatiquement son épouse (voire ses enfants) acceptent également le Chabbat. Je ne me souviens plus où j'ai lu ou entendu cela. Est ce que vous le confirmez ? Cela signifierait que, particulièrement en été, lorsque je suis à la synagogue et qu'on fait Barekhou de Arvit, ma femme ne doit absolument plus faire de travail interdit (ne serait-ce qu'allumer les bougies). Il faudrait que je la prévienne à l'avance de l'horaire (forcément approximatif) de mon acceptation de Chabbat à la synagogue. Merci beaucoup !

Chalom Ouvrah'a!

 

C'est l'objet d'une controverse entre nos Maîtres.

 

Le Rav Moché Feinstein (Chout Igerot Moché Tome 3 chapitre 38) écrit que la femme et les enfants sont tenus d'observer le Chabbat dès lors que le chef de famille a reçu Chabbat par la Téfila. 

 

Il précise toutefois que si le mari ne prend sur lui Chabbat plus tôt que pendant l'été etc. la femme n'est pas tenue.

 

Le Rav Wozner Chlita (Chévèt Halévy Tome 7 chapitre 35) est d'accord qu'elles reçoivent Chabbat avec la prière du mari. Mais il réfute l'opinion du Rav Feinstein que si cette attitude n'est faite qu'en été pour ne pas manger trop tard, elle n'engage pas les femmes et les enfants. D'après lui, dès lors que l'homme a pris Chabbat sur lui, sa femme et ses enfants doivent eux aussi avoir fait entré le Chabbat.

 

A contrario l'opinion du Béér Moché (Tome 2 chapitre 19) est que la femme n'est pas tenue de recevoir Chabbat dès le moment où le mari a reçu Chabbat sur lui.

 

Chabbat chalom!

Lavage (Mélabèn)

Essuyer de l'eau avec une serpillère

- Samedi 31 octobre 2015 à 21h35 vu 541 fois

Chavoua Tov cher Rav,

 

Pendant Chabbat, peut on essuyer de l'eau renversée par terre avec une serpillère, même sale (en prenant garde à ce qu'elle ne soit pas trop imbibée d'eau pour ne pas l'essorer) ?

 

Y aurait il un problème de Kibbous (laver) étant donné que cette serpillère est sale, même si on ne fait généralement pas attention à son état de saleté ?

 

Merci beaucoup Rav !

Chalom!

 

Etant donné que c'est דרך לכלוך c'est à dire que cette procédure est plus de matière à salir la serpillère que de la nettoyer c'est autorisé bien que celle ci est sale, d'après certains décisionnaires mais à condition que votre intention ne soit pas de la nettoyer.. (Choulh'an Arouh' et Rama chapitre 302, lisez aussi la conclusion du Béour Halah'a qui tend vers cette opinion.)

 

Si vous pouvez vous procurer une serpillère propre, c'est sûr que c'est mieux pour éviter tout problème et pour tenir compte des décisionnaires qui prétendent que Dereh' Lih'louh' n'autorise que dans la mesure où le vêtement était déjà propre (telle est l'opinion du Peri Mégadim et du Olat Tamid rapportés par le Béour Halah'a).

 

Kol touv!

Problèmes liés à l’électricité

Ajouter de l'eau dans la Clim pendant Chabbat

- Lundi 18 juillet 2016 à 09h33 vu 356 fois

Chalom Rav,

 

J'ai achete un climatiseur mobile sur roulettes. Il possede un reservoir d'eau a remplir regulierement (toutes les 2 heures environ).

 

Sans eau, la clim fonctionne mais est moins efficace (il fait moins froid).

 

Ai je le droit de remplir ce reservoir pendant Chabbat ?

 

Merci beaucoup !

Chalom!

 

Je ne vois pas quel est le problème, mais il faudrait que vous me donniez tous les problèmes éventuels et toutes les modification électriques qu'il pourrait y a voir au moment où vous mettez de l'eau pour que je puisse vous répondre de façon précise.

 

Kol touv!

Coupure de courant penant Chabbat

- Dimanche 02 juillet 2017 à 09h01 vu 289 fois

Bonjour Rav,

 

Pendant Chabbat, il arrive que les enfants s'amusent avec les interrupteurs.

 

Que faut-il faire dans les situations suivantes :

 

1. Un enfant a éteint la clim.

 

a. Si l'enfant veut rallumer la clim (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

b. Si l'enfant a rallumé la clim, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

2. Un enfant a coupé le courant de toute la maison (ce qui est embêtant, c'est surtout la lumière, le frigo et le congélateur) :

 

a. Si l'enfant veut rallumer le courant (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

b. Si l'enfant a rallumé le courant, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

c. A priori, que faut il faire ?

 

Dire a un Goy de rallumer le courant ?

 

Merci beaucoup Rav !

Bonjour Rav,

 

Chalom Ouvrakha !

 

Je suis désolé de ne pas avoir répondu à votre question mais la veille j'ai répondu à une question quasiment identique et je pensais qu'il s'agissait de la même question, mais comme vous m'avez fait part aujourd'hui du fait que je ne vous ai pas répondu, je m'empresse de le faire.

 

Donc avant tout veuillez svp lire la réponse en question :

 

http://www.torahacademy.fr/chabat-profit-allumage-par-enfant

 

Pendant Chabbat, il arrive que les enfants s'amusent avec les interrupteurs.

Que faut-il faire dans les situations suivantes :

1. Un enfant a éteint la clim.

a. Si l'enfant veut rallumer la clim (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

Non, à moins qu'il ne soit pas encore en âge de comprendre ce que c'est que " oui " ou " non ". Disons que jusqu'à 2 ans ce n'est pas un problème. Ensuite selon la maturité de l'enfant ça peut déjà l'être. 

 

b. Si l'enfant a rallumé la clim, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

S'il a moins que l'âge en question, pas de problème. S'il a plus tout dépend de la raison pour laquelle il l'a rallumée comme précisé dans ma réponse précédente.

 

2. Un enfant a coupé le courant de toute la maison (ce qui est embêtant, c'est surtout la lumière, le frigo et le congélateur) :

 

a. Si l'enfant veut rallumer le courant (pour s'amuser ou par peur du parent), peut on le laisser faire ?

 

Pareil qu'avant.

 

b. Si l'enfant a rallumé le courant, peut on en profiter ou faut il quitter la pièce ?

 

Pareil qu'en haut. Vous pouvez ne pas quitter la pièce mais ne faites pas ce que vous n'auriez pu faire dans l'obscurité comme par exemple lire un livre etc. 

 

c. A priori, que faut il faire ?

Dire a un Goy de rallumer le courant ?

 

S'il y a une grande perte, ou une grande nécessité comme par exemple qu'il fait très froid et qu'il y a des enfants en bas âge ou très chaud selon certains (Rav Moché Feinstein zatsal) etc. alors demander au non-juif par allusion qui n'est pas sous forme d'ordre qu'il allume.

 

Merci beaucoup Rav !

 

Kol touv !

 

Cacherout

Manger à la même table viande et lait, pour des enfants

- Mardi 27 janvier 2015 à 22h22 vu 705 fois

Shalom cher Rav,

 

Sur la table de la salle à manger, je donne un petit suisse (donc Halavi) à mon bébé de 1 an.

En même temps, je donne des pâtes et de la viande (Bassari) à mon enfant de 3 ans.

 

Personnellement, je ne mange ni l'un ni l'autre. Est ce autorisé ?

 

Est ce que je dois mettre un objet en tant que Heker entre le mets de lait et le mets de viande ?

 

ou bien des napperons différents ?

 

Merci beaucoup pour vos réponses toujours intéressantes et agréables.

Chalom Ouvrah'a!

 

Vous posez comme d'habitude une excellente question!

 

Le Yad Ephraïm écrit au chapitre 89 de Yoreé Déa un grand H'iddouch. C'est que si une personne est Bassari et qu'elle fait la cuisine (de H'alavi) c'est un problème de peur qu'elle en vienne à goûter de ce H'alavi alors qu'elle est Bassari.

 

C'est un immense H'iddouch et les gens ne font pas attention à cela!

 

Dans votre cas, vous n'êtes pas Bassari et vous ne goûtez d'aucun des plats. Il n'ya a donc rien à craindre.

 

Si vous êtes Bassari et que vous savez pertinemment que lorsque vous donnez à manger au petit du plat Bassari, il peut vous arriver d'en goûter un peu, il faudrait effectivement peut être mettre un objet de rappel comme l'écrit le Yad Ephraïm. 

 

Au sujet des nappes, il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de viande qui risque de rentrer en contact avec le lait.

 

Cf aussi un cours qui traite de cela: http://www.torahacademy.fr/manger-lait-et-viande-sur-une-meme-table

 

Le cours sur les nappes sera mis en ligne à l'occasion Béézrat Hachèm!

 

Kol touv!

Goutte de lait sur ustensile carné

- Mercredi 24 octobre 2018 à 14h27 vu 120 fois

Bonjour Rav,

Une goutte de lait chaude a giclé sur une poêle Bassari chaude.

Celle-ci ne contenait qu'un peu d'eau salée, et n'avait pas été utilisée avec de la viande depuis 3 jours.

J'ai pose la question a un Rav, qui m'a dit de la cacheriser. 

Est ce qu'il faut faire la Agala ou le Liboun ?

Merci beaucoup !

Chalom !

 

Agala est suffisant !

 

Kol touv !

Viande dans une tasse

- Mardi 11 décembre 2018 à 09h01 vu 115 fois

Bonjour Rav,

Dans une tasse en porcelaine, nous avons mis de la soupe, du poulet froid puis verser dessus un peu d'eau bouillante (de façon a ce que le tout soit tiède pour un bébé).

Est ce que la tasse est devenue Bassari ? Merci Rav !

PS : pouvez vous répondre, au moins partiellement, a mes questions su Birkat Kohanim

Chalom 

 

Si tout était à froid au début et qu'ensuite après avoir ajouté de l'eau bouillante, c'était tiède, pas de problème !

 

En ce qui est de vos questions sur la Birkat Cohanim je peux vous répondre à toutes sauf à une au sujet de laquelle j'ai un vrai doute, c'est une excellente question, demain Bli Neder je tacherai de vous répondre aux autres questions !

 

Kol touv !

Bruler la Hala une fois par an

- Mardi 01 janvier 2019 à 07h59 vu 119 fois

Bonjour Rav, Nous avons entendu qu'il était possible/préférable de conserver toutes les Hala prélevées chaque semaine et les bruler une fois par an (la veille de Pessah par exemple). Est ce correct ? Y a-t-il un probleme dans le fait que la Hala a déjà pourri bien avant ?

Merci Rav

Chalom !

 

Possible peut être, préférable sûrement pas !

En effet, si on la laisse il y a un risque qu'on en vienne par erreur à la consommer, et c'est pourquoi on s'empresse de la brûler, même la nuit, bien qu'il y aurait éventuellement un problème à la brûler la nuit, ainsi que l'écrit le Béour Halakha. 

De plus, comme vous le soulevez, les décisionnaires qui s'opposent à jeter la 'Halla à la poubelle, (notamment mon Maître le Rav Sternbukh chlita), argument entre autre que le fait que les poubelles seront finalement brûlées n'est pas suffisant dès lors que la 'Halla sera déjà pourrie et abîmée au moment où elle sera brûlée.

 

Donc, je ne suis pas d'accord avec cette opinion. Si vous avez une source n'héistez pas à me la donner.

 

Kol touv !

Lait et viande

Manger à la même table viande et lait, pour des enfants

- Mardi 27 janvier 2015 à 22h22 vu 705 fois

Shalom cher Rav,

 

Sur la table de la salle à manger, je donne un petit suisse (donc Halavi) à mon bébé de 1 an.

En même temps, je donne des pâtes et de la viande (Bassari) à mon enfant de 3 ans.

 

Personnellement, je ne mange ni l'un ni l'autre. Est ce autorisé ?

 

Est ce que je dois mettre un objet en tant que Heker entre le mets de lait et le mets de viande ?

 

ou bien des napperons différents ?

 

Merci beaucoup pour vos réponses toujours intéressantes et agréables.

Chalom Ouvrah'a!

 

Vous posez comme d'habitude une excellente question!

 

Le Yad Ephraïm écrit au chapitre 89 de Yoreé Déa un grand H'iddouch. C'est que si une personne est Bassari et qu'elle fait la cuisine (de H'alavi) c'est un problème de peur qu'elle en vienne à goûter de ce H'alavi alors qu'elle est Bassari.

 

C'est un immense H'iddouch et les gens ne font pas attention à cela!

 

Dans votre cas, vous n'êtes pas Bassari et vous ne goûtez d'aucun des plats. Il n'ya a donc rien à craindre.

 

Si vous êtes Bassari et que vous savez pertinemment que lorsque vous donnez à manger au petit du plat Bassari, il peut vous arriver d'en goûter un peu, il faudrait effectivement peut être mettre un objet de rappel comme l'écrit le Yad Ephraïm. 

 

Au sujet des nappes, il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de viande qui risque de rentrer en contact avec le lait.

 

Cf aussi un cours qui traite de cela: http://www.torahacademy.fr/manger-lait-et-viande-sur-une-meme-table

 

Le cours sur les nappes sera mis en ligne à l'occasion Béézrat Hachèm!

 

Kol touv!

Prélèvement de la Halla

Bruler la Hala une fois par an

- Mardi 01 janvier 2019 à 07h59 vu 119 fois

Bonjour Rav, Nous avons entendu qu'il était possible/préférable de conserver toutes les Hala prélevées chaque semaine et les bruler une fois par an (la veille de Pessah par exemple). Est ce correct ? Y a-t-il un probleme dans le fait que la Hala a déjà pourri bien avant ?

Merci Rav

Chalom !

 

Possible peut être, préférable sûrement pas !

En effet, si on la laisse il y a un risque qu'on en vienne par erreur à la consommer, et c'est pourquoi on s'empresse de la brûler, même la nuit, bien qu'il y aurait éventuellement un problème à la brûler la nuit, ainsi que l'écrit le Béour Halakha. 

De plus, comme vous le soulevez, les décisionnaires qui s'opposent à jeter la 'Halla à la poubelle, (notamment mon Maître le Rav Sternbukh chlita), argument entre autre que le fait que les poubelles seront finalement brûlées n'est pas suffisant dès lors que la 'Halla sera déjà pourrie et abîmée au moment où elle sera brûlée.

 

Donc, je ne suis pas d'accord avec cette opinion. Si vous avez une source n'héistez pas à me la donner.

 

Kol touv !

Pureté familiale

Canapé nidda

- Mercredi 16 janvier 2019 à 07h42 vu 167 fois

Shalom Rav,

En période de Nidda, je sais que les époux ont le droit (en tout cas selon certains décisionnaires) de s'asseoir sur le même canapé.

Que se passe-t-il si l'un des deux s'assoupit ou s'endort ?

Est ce toujours autorisé de rester dans le canapé ? Si oui, est ce différent si les 2 s'endorment ? si l'un s'allonge (évidemment sans contact) ?

Merci Rav !

Chalom Ouvrakha !

 

Vous posez une très bonne question, et je vais vous y répondre de façon Halakhique comme à notre habitude sans avoir peur d'énoncer ce que la Halakha a à dire au risque de paraître permissif aux yeux de ce qui ne connaissent pas bien la Halakha.

 

La Halakha interdit à l'homme de s'asseoir et à fortiori de s'allonger sur le lit de sa femme. Lit de sa femme ceci signifie son lit habituel, celui sur lequel elle a l'habitude de dormir. 

 

Le canapé dans la plupart des cas ne fait pas office de " lit réservé à la femme pour y dormir " et de ce fait le canapé n'est pas concerné par cet interdit. Vous avez donc le droit de vous y asseoir qu'elle s'y trouve dessus ou pas et en particulier selon l'opinion Séfarade qui n'interdit pas la balancelle. 

 

En ce qui est de s'endormir, on n'a jamais vu qu'on n'avait pas le droit d'être assis sur un banc lorsque les deux s'assoupissent, de même que dans un avion, où les deux s'asseoient côte à côte il est permis que les deux s'endorment. 

 

De même si la femme est allongée sur ce canapé, si vous êtes loin l'un de l'autre et que la voir allongée ne vous donne pas de " mauvaises pensées ", il n'y a aucun interdit.

 

Ces propos sont d'une évidence limpide et c'est ce qui ressort d'une bonne étude du chapitre 195 du Choul'han Aroukh Yoré Déa !

 

Kol touv ! 

Comportement du couple en période de Nidda

Canapé nidda

- Mercredi 16 janvier 2019 à 07h42 vu 167 fois

Shalom Rav,

En période de Nidda, je sais que les époux ont le droit (en tout cas selon certains décisionnaires) de s'asseoir sur le même canapé.

Que se passe-t-il si l'un des deux s'assoupit ou s'endort ?

Est ce toujours autorisé de rester dans le canapé ? Si oui, est ce différent si les 2 s'endorment ? si l'un s'allonge (évidemment sans contact) ?

Merci Rav !

Chalom Ouvrakha !

 

Vous posez une très bonne question, et je vais vous y répondre de façon Halakhique comme à notre habitude sans avoir peur d'énoncer ce que la Halakha a à dire au risque de paraître permissif aux yeux de ce qui ne connaissent pas bien la Halakha.

 

La Halakha interdit à l'homme de s'asseoir et à fortiori de s'allonger sur le lit de sa femme. Lit de sa femme ceci signifie son lit habituel, celui sur lequel elle a l'habitude de dormir. 

 

Le canapé dans la plupart des cas ne fait pas office de " lit réservé à la femme pour y dormir " et de ce fait le canapé n'est pas concerné par cet interdit. Vous avez donc le droit de vous y asseoir qu'elle s'y trouve dessus ou pas et en particulier selon l'opinion Séfarade qui n'interdit pas la balancelle. 

 

En ce qui est de s'endormir, on n'a jamais vu qu'on n'avait pas le droit d'être assis sur un banc lorsque les deux s'assoupissent, de même que dans un avion, où les deux s'asseoient côte à côte il est permis que les deux s'endorment. 

 

De même si la femme est allongée sur ce canapé, si vous êtes loin l'un de l'autre et que la voir allongée ne vous donne pas de " mauvaises pensées ", il n'y a aucun interdit.

 

Ces propos sont d'une évidence limpide et c'est ce qui ressort d'une bonne étude du chapitre 195 du Choul'han Aroukh Yoré Déa !

 

Kol touv ! 

Fêtes juives

Cachériser un évier en inox

- Lundi 30 mars 2015 à 17h23 vu 849 fois

Bonjour Rav, Comment cachériser un évier un inox ?

J'ai lu sur un autre site de Torah la réponse suivante:

 

L'évier en inox de la cuisine se cachérise de la manière suivante : Il faut tout d'abord le nettoyer de toute trace de saleté ou d'aliment et le laisser sans utilisation (tout au moins à chaud) pendant 24 heures. Le trou d'évacuation (ainsi que la petite grille) peuvent être nettoyés avec du « Décap Four » afin de détruire toute trace d'aliment. On sèche complètement l'évier et on y verse de l'eau bouillante en commençant par le fond, puis les parois et enfin le dessus de l'évier ainsi que la robinetterie. (Il faut respecter cet ordre afin que l'eau bouillante versée tombe sur des parties sèches). Au moment ou l'on ébouillante la robinetterie, il est conseillé d'ouvrir le robinet d'eau chaude.

 

Est ce problématique qu'il y ait quelques petites gouttes sur l'évier lorsqu'on verse l'eau bouillante ?

 

Il est très difficile d'éviter cela, même si on commence par verser l'eau bouillante sur le fond de l'évier, car les gouttes giclent vers les parois.

 

Avez vous une solution ?

 

Merci beaucoup Rav !

Chalom!

 

S'il ne s'agit que de quelques gouttelettes il n'y a aucun problème.

 

En effet le problème de ces gouttes est qu'elles sont froides et qu'elles refroidissent donc l'eau qui va être versée de la bouilloire.

 

Mais s'il ne s'agit que de petites quantités par rapport au flux d'eau bouillante que vous déversez de la bouilloire il n'y a pas de problème!

 

N'oubliez pas ce qu'a écrit le Or Letsion que d'après la stricte loi ce n'est même pas la peinde de cachériser les éviers, il ne s'agit que d'une H'oumra qu'on a certes pris sur nous, mais sans plus!

 

Kol touv!

Vente le 13 ou le 14 ?

- Mercredi 05 avril 2017 à 15h35 vu 241 fois

Bonjour Rav,

j'ai vu votre vidéo (http://www.torahacademy.fr/verification-du-hamets) et je vous expose mon cas.

Je dois quitter mon appartement le 14 Nissan (lundi) et ne pas y retourner pendant tout Pessah.

Est ce que je dois nettoyer toute la maison et faire la Bedikat Hametz le dimanche soir ? Est ce que je dois préciser la date de la vente pour le 13 ou le 14 Nissan ?

Merci beaucoup !!!

Chalom!

 

Non, il vous est possible de vendre le 13 et ne pas avoir besoin de procéder à toute la Bdika. 

Est ce conseillé, ceci a été explicité dans le cours : http://www.torahacademy.fr/verification-du-hamets

 

Pessa'h Cacher Vésaléa'h !

(Réponse) Bougie de yom tov

- Mercredi 20 septembre 2017 à 08h16 vu 134 fois

shalom rav, et comment faire pour les bougies de vendredi soir ? merci bcp rav !

Chalom Ouvrakha !

 

1- Faites Erouv Tavchilin (si ce n'est que pour les Nérot de Chabbat, sans Brakha). 

 

2- Allumez comme d'habitude bien avant la Chkia (environ 40 minutes selon certains ou 20 minutes selon d'autres).

 

3- Si vous allumez avec de l'huile et des floteurs préparez les floteurs avant Yom Tov pour les 3 jours parce que selon certains on considère la préparation de ceux ci comme une forme de " construction ".

 

Ktiva Vé'hatima Tova ! 

Medicament pour bebe a Pessah

- Mercredi 21 mars 2018 à 10h40 vu 248 fois

Bonjour Rav,

mon bebe de 1 an et demi prend tous les jours, dans son biberon de lait, un medicament (Forlax), sous forme de poudre au gout orange.

Ce medicamenet ne figure pas sur les listes de Pessah ? Comment faire ?

Merci beaucoup Rav

Chalom !

 

Quel est le but de ce médicament ?

Existe t-il aussi sans goût ou en Cacher Lépessa'h !

 

Kol touv !

Roch Hachana

(Réponse) Bougie de yom tov

- Mercredi 20 septembre 2017 à 08h16 vu 134 fois

shalom rav, et comment faire pour les bougies de vendredi soir ? merci bcp rav !

Chalom Ouvrakha !

 

1- Faites Erouv Tavchilin (si ce n'est que pour les Nérot de Chabbat, sans Brakha). 

 

2- Allumez comme d'habitude bien avant la Chkia (environ 40 minutes selon certains ou 20 minutes selon d'autres).

 

3- Si vous allumez avec de l'huile et des floteurs préparez les floteurs avant Yom Tov pour les 3 jours parce que selon certains on considère la préparation de ceux ci comme une forme de " construction ".

 

Ktiva Vé'hatima Tova ! 

Pessah'

Cachériser un évier en inox

- Lundi 30 mars 2015 à 17h23 vu 849 fois

Bonjour Rav, Comment cachériser un évier un inox ?

J'ai lu sur un autre site de Torah la réponse suivante:

 

L'évier en inox de la cuisine se cachérise de la manière suivante : Il faut tout d'abord le nettoyer de toute trace de saleté ou d'aliment et le laisser sans utilisation (tout au moins à chaud) pendant 24 heures. Le trou d'évacuation (ainsi que la petite grille) peuvent être nettoyés avec du « Décap Four » afin de détruire toute trace d'aliment. On sèche complètement l'évier et on y verse de l'eau bouillante en commençant par le fond, puis les parois et enfin le dessus de l'évier ainsi que la robinetterie. (Il faut respecter cet ordre afin que l'eau bouillante versée tombe sur des parties sèches). Au moment ou l'on ébouillante la robinetterie, il est conseillé d'ouvrir le robinet d'eau chaude.

 

Est ce problématique qu'il y ait quelques petites gouttes sur l'évier lorsqu'on verse l'eau bouillante ?

 

Il est très difficile d'éviter cela, même si on commence par verser l'eau bouillante sur le fond de l'évier, car les gouttes giclent vers les parois.

 

Avez vous une solution ?

 

Merci beaucoup Rav !

Chalom!

 

S'il ne s'agit que de quelques gouttelettes il n'y a aucun problème.

 

En effet le problème de ces gouttes est qu'elles sont froides et qu'elles refroidissent donc l'eau qui va être versée de la bouilloire.

 

Mais s'il ne s'agit que de petites quantités par rapport au flux d'eau bouillante que vous déversez de la bouilloire il n'y a pas de problème!

 

N'oubliez pas ce qu'a écrit le Or Letsion que d'après la stricte loi ce n'est même pas la peinde de cachériser les éviers, il ne s'agit que d'une H'oumra qu'on a certes pris sur nous, mais sans plus!

 

Kol touv!

Vente le 13 ou le 14 ?

- Mercredi 05 avril 2017 à 15h35 vu 241 fois

Bonjour Rav,

j'ai vu votre vidéo (http://www.torahacademy.fr/verification-du-hamets) et je vous expose mon cas.

Je dois quitter mon appartement le 14 Nissan (lundi) et ne pas y retourner pendant tout Pessah.

Est ce que je dois nettoyer toute la maison et faire la Bedikat Hametz le dimanche soir ? Est ce que je dois préciser la date de la vente pour le 13 ou le 14 Nissan ?

Merci beaucoup !!!

Chalom!

 

Non, il vous est possible de vendre le 13 et ne pas avoir besoin de procéder à toute la Bdika. 

Est ce conseillé, ceci a été explicité dans le cours : http://www.torahacademy.fr/verification-du-hamets

 

Pessa'h Cacher Vésaléa'h !

Medicament pour bebe a Pessah

- Mercredi 21 mars 2018 à 10h40 vu 248 fois

Bonjour Rav,

mon bebe de 1 an et demi prend tous les jours, dans son biberon de lait, un medicament (Forlax), sous forme de poudre au gout orange.

Ce medicamenet ne figure pas sur les listes de Pessah ? Comment faire ?

Merci beaucoup Rav

Chalom !

 

Quel est le but de ce médicament ?

Existe t-il aussi sans goût ou en Cacher Lépessa'h !

 

Kol touv !

Bénédictions

Birkat Kohanim : questions diverses

- Jeudi 11 septembre 2014 à 12h43 vu 598 fois

Shalom Rav, J'ai plusieurs questions à propos de Birkat Kohanim.

1. Pourquoi les enfants vont ils sous les mains ou le Talith de leur père pendant cette Berakha ? Est ce que c'est utile même quand il n'y a pas de Kohanim et que c'est l'officiant qui récite "Elokénou..." ? 2. Etant Kohen, si je fais Birkat Kohanim et que mon Talith glisse et tombe... est ce que je peux continuer sans le Talith ?

Dois je le remettre obligatoirement quitte à rater quelques mots des pessoukim ?

3. Etant Kohen, si je fais Birkat Kohanim et que je sens une mauvaise odeur (je ne sais pas si mes "collègues" Kohanim l'ont senti ou non), que faire ?

Toda Raba cher Rav !

Chalom Ouvrah'a!

 

Chalom,

 

1-La benediction ne vient ni des parents... ni même des Cohanim.
Elle vient directement de D. par l'intermediaire de la Birkat Kohanim.
D'après la Halaha il suffit de se trouver face aux Cohanim pour recevoir cette benediction divine.

Cependant dans certaines communautés la coutume est qu'au moment de la Birkat Cohanim les enfants se glissent sous le Talith de leur parents ou grands parents ou de leur Rav etc. pour recevoir la Beraha.

L' origine de cette coutume provient du Kaf Hah'aïm chapitre 128 paragraphe 142 qui écrit que le mieux est que pendant la Birkat Cohanim les fidèles recouvrent leur tête avec leur Talith. Ainsi est il rapporté que le Bal Hatania recouvrait le visage de ses enfants avec son Talith de sorte à ce qu'ils n'en viennet pas à regarder les mains de Cohanim qui comme nous le savons sont porteuses d'un peu de la providence Divine au moment de cette bénédiction et cela est donc nocif de les regarder avec attention. Or, pour peu que le Talith glisse de leurs mains ils ridquent de les voir.

 

D'après cela ce ne serait pas nécessaire pour le passage "Elokénou etc."

 

2- Je pense qu'il vaut mieux vite fait le remettre bien que d'après la loi pure il soit autorisé de continuer la Birkat Cohanim sans Talith. Toutefois vous allez attirer l'attention des gens et occasionner à certaines personnes de contempler vos mains ce qui est déconseillé.

 

3- C'est une excellente question. Vu que c'est inetrdit de réciter des propos saints, versets en l'occurrence à un endroit où se trouve une mauvaise odeur.

Toutefois i me semble que l'on peut autoriser de terminer la Birkat Cohanim et en particulier si la mauvaise odeur provient d'une autre personne que de vous en se reposant sur les propos du Chévèt hakéhati Tome 5 chapitre 31 qui autorise à un officiant de terminer la H'azara alors qu'il y a subitement une mauvaise odeur de sorte à ne faire honte à personne et en rajoutant que puisqu'au départ cette odeur était inexistante, il est possible de terminer (Cf Choulh'an Arouh' chapitre 92 au sujet d'une personne qui a besoin subitement de se rendre aux toilettes alors que lorsqu'elle a commencé elle n'avait pas besoin).

 

Kol touv!

Apéritif pendant le repas

- Vendredi 12 septembre 2014 à 14h12 vu 546 fois

Shalom cher Rav,

A propos de votre cours sur les apéritifs pendant le repas, cf http://www.torahacademy.fr/benediction-sur-la-glace-et-les-aperitifs-pendant-un-repas-de-pain vous proposez la solution de manger l'aliment controversé (une pistache en l'occurrence) avec du pain, pour la première et dernière unité.

Je voudrais vous soumettre une autre solution : peut-on manger une pistache avant Netilat Yadaïm et Motsi, en faisant la Berakha Haetz, afin d'acquitter les pistaches consommées pendant le repas ?

A l'extrême, je ferai la chose suivante.

Avant Netilat Yadaïm et Motsi, je mange un peu de Mezonot, Haetz, Haadama et Cheakol (moins de Kazaït en tout pour éviter la question de Berakha Aharona).

Ensuite, je peux tout manger pendant le repas (glaces, gâteaux, cacahuètes, fruits etc...) sans me demander si je dois faire la Berakha ou non.

Est ce une solution valable ?

Merci beaucoup cher Rav pour vos réponses toujours claires et lumineuses.

Chalom Ouvrah'a!

 

Oui, votre proposition est tout à fait valable pour sortir du doute.

Toutefois cela ne concerne que les choses où il y a un doute et où vous venez faire ceci pour vous tirer du doute. Mais concernant les choses où il n'y a pas de doute, ce n'est pas conseillé de faire cela puisque vous engendrez des bénédictions pas nécessaires, vu que vous en auriez été dispensé si vous les aviez consommé pendant le repas de pain.

 

Kol touv!

Bessamim sur les fleurs du voisin

- Jeudi 17 ao√Ľt 2017 √† 07h49 vu 241 fois

Bonjour Rav,

 

En marchant dans la rue pendant Chabbat, je sens une bonne odeur de jasmins.

 

Ce sont des fleurs qui ont été plantes dans la cour d'un habitant et qui débordent sur la voie publique.

 

Est ce que je dois faire la Berakha Atse Bessamim dessus ?

 

Est ce que je dois les prendre en main même pendant Chabbat ? (a vrai dire, j'avais pose la question a un Rav en hébreu, et il m'a dit que selon le Ben Ich Hai, si ces fleurs n'ont pas été plantées pour l'odeur, on ne fait pas de berakha dessus.

 

Mais je n'ai pas compris si finalement il fallait faire la Berakha dans mon cas ou non)

 

Merci beaucoup Rav.

Chalom Ouvrakha !

 

En ce qui est de la Brakha des odeurs vous pouvez très bien la réciter alors que ces fleurs ne vous appartiennent pas. En effet, vous ne volez rien lorsque vous profitez de ces odeurs. De plus ce n'est pas censé le déranger que vous profitiez de leur odeur. 

 

En ce qui est de la Brakha sur une fleur qui a été plantée dans un autre but que l'odeur, le Choul'han Aroukh stipule qu'il n'y a pas de bénédiction à réciter (chap. 217 § 2). 

 

Toutefois, si l'on souhaite dorénavant s'en servir pour la sentir, il est autorisé de réciter la bénédiction. 

C'est pourquoi je vous dirai la chose suivante. Si vous pouvez vérifier auprès de celui qui les a planté dans quel but il les a plantés ceci pourrait nous aider.

 

Dans le doute, étant possible qu'il les aient plantés uniquement pour la décoration, vous ne pouvez lorsque vous sentez l'odeur au loin réciter une bénédiction. (Cf. Chout Az Nidbérou tome 14 chap. 11).

Par contre si vous vous approchez de ces fleurs (suffisant selon le 'Hazon Ich) ou encore mieux que vous tenez dans votre main ces fleurs en ayant la formelle intention de profiter de leur odeur, il vous sera possible de réciter la bénédiction (Choul'han Aroukh chap. 216 § 2).

 

Le fait de prendre entre vos mains des fleurs alors qu'elles ne vous appartiennent pas n'est pas un problème, du fait que les gens ne sont pas pointilleux à ce sujet, à moins qu'ils l'aient écrit explicitement sur un panneau ou d'une autre façon (cf. Choul'han Aroukh 'Hochen Michpat chap. 359 § 1.

 

Nous avons détaillé ces lois dans notre livre sur les lois de Hachavat Avéda qui doit Béézrat Hachem sortir sous peu.  

 

En ce qui est de sentir des odeurs odoriférantes pendant Chabbat la Halakha est la suivante :

 

- S'il s'agit d'arbres fruitiers :

 

il est interdit de sentir leur odeur de peur qu'on en vienne à cueillir le fruit pour le consommer (Choul'han Aroukh chap. 336 § 10).

 

- S'il s'agit de myrte etc. c'est à dire d'arbres qui ne sont pas censés être consommés :

 

il est autorisé de le sentir selon le Choul'han Aroukh (ibid. Cf. aussi Michna Béroura qui rapporte des opinions plus strictes).

 

Au sujet de les toucher et les manipuler etc. évidemment sans les arracher, l'opinion du Rama (chap. 336 § 1. Cf. aussi Michna Béroura § 14) est que s'il s'agit d'herbes qui resteront toujours tendres, il est autorisé de les manipuler, mais s'il s'agit d'herbes qui vont se durcir avec le temps et a fortiori s'il y a déjà un tronc tel que le myrte c'est interdit de les manipuler.  Telle est l'opinion du Caf Ha'haïm (chap. 336 § 62) qu'il est interdit de toucher le myrte lors de la Brakha. Toutefois l'opinion du Beth Yéhouda (tome 1 chap. 11) est d'autoriser, telle est aussi l'opinion du Méiri et c'est dans ce sens qu'a été le Rav Ovadia zatsal ('Hazon Ovadia Pessa'h page 21) au sujet de Birkat Hailanot.

 

Kol touv ! 

Rituel de la prière

Quand quitter la Bima après être monté à la Thora ?

- Jeudi 11 septembre 2014 à 12h39 vu 583 fois

Shalom Rav,

Lorsqu'une personne monte à la Thora, elle ne quitte pas immédiatement la Bima après sa montée. C'est certainement pour ne pas dédaigner le Sefer Thora en le laissant seul, surtout valable à l'époque où celui qui montait lisait (et était donc la seule personne à la Bima à ce moment).

Quand est ce que la personne peut ou doit descendre ? Après la Berakha du début de la montée suivante ou avant la Berakha de la fin de la montée suivante ? J'ai vu les deux usages selon les personnes et les synagogues...

Merci beaucoup !

Chalom Ouvrah'a.

 

Le Michna Béroura au chapitre 141 paragraphe 16 rapporte au nom du Lévouch et du traité de Sofrim qu'il faut qu'il y est trois personnes qui se trouvent sur la Bima au moment de la lecture de la Torah.

 

Soit en référence aux trois patriarches. Soit pour représenter D. (représenté par celui qui invite les gens à lire à la Torah), Moïse (représenté par l'officiant qui lit à la Torah) et le peuple juif (représenté par celui qui monte à la Torah).

 

Le Rama au chapitre 141 paragraphe 7 écrit que celui qui est monté à la Torah ne doit pas descendre tant que celui qui va lire ensuite n'est pas encore monté. 

 

Le Michna Béroura (paragraphe 26) écrit que c'est en mesure d'honneur pour le Séfer Torah de ne pas le laisser tout seul. (Visiblement il parlait de la loi stricte selon laquelle il n'y a pas d'obligation que se trouvent sur la Bima l'officiant et celui qui les appellent parce que sinon, dans tous les cas le Séfer Torah ne restera pas tout seul...).

 

Le Michna béroura écrit que toutefois la coutume est de ne pas descendre tant que celui d'après n'a pas commencé à réciter sa bénédiction. Il conclut que l'idéal est toutefois de ne descendre qu'entre les montées à savoir après que celui qui monte après nous ait fini sa montée complètement de sorte à ce qu'on puisse écouter tranquillement la lecture de la Torah.

Si la personne descendait alors que celui qui le succède était en train de réciter les bénédictions, elle risquerait de rater la lecture jusqu'à ce qu'elle ait le temps de rejoindre sa place, avec en plus toutes les interruptions liées aux personnes qui lui disent H'azak oubarouh' etc.

 

Kol touv!

Birkat Kohanim : questions diverses

- Jeudi 11 septembre 2014 à 12h43 vu 598 fois

Shalom Rav, J'ai plusieurs questions à propos de Birkat Kohanim.

1. Pourquoi les enfants vont ils sous les mains ou le Talith de leur père pendant cette Berakha ? Est ce que c'est utile même quand il n'y a pas de Kohanim et que c'est l'officiant qui récite "Elokénou..." ? 2. Etant Kohen, si je fais Birkat Kohanim et que mon Talith glisse et tombe... est ce que je peux continuer sans le Talith ?

Dois je le remettre obligatoirement quitte à rater quelques mots des pessoukim ?

3. Etant Kohen, si je fais Birkat Kohanim et que je sens une mauvaise odeur (je ne sais pas si mes "collègues" Kohanim l'ont senti ou non), que faire ?

Toda Raba cher Rav !

Chalom Ouvrah'a!

 

Chalom,

 

1-La benediction ne vient ni des parents... ni même des Cohanim.
Elle vient directement de D. par l'intermediaire de la Birkat Kohanim.
D'après la Halaha il suffit de se trouver face aux Cohanim pour recevoir cette benediction divine.

Cependant dans certaines communautés la coutume est qu'au moment de la Birkat Cohanim les enfants se glissent sous le Talith de leur parents ou grands parents ou de leur Rav etc. pour recevoir la Beraha.

L' origine de cette coutume provient du Kaf Hah'aïm chapitre 128 paragraphe 142 qui écrit que le mieux est que pendant la Birkat Cohanim les fidèles recouvrent leur tête avec leur Talith. Ainsi est il rapporté que le Bal Hatania recouvrait le visage de ses enfants avec son Talith de sorte à ce qu'ils n'en viennet pas à regarder les mains de Cohanim qui comme nous le savons sont porteuses d'un peu de la providence Divine au moment de cette bénédiction et cela est donc nocif de les regarder avec attention. Or, pour peu que le Talith glisse de leurs mains ils ridquent de les voir.

 

D'après cela ce ne serait pas nécessaire pour le passage "Elokénou etc."

 

2- Je pense qu'il vaut mieux vite fait le remettre bien que d'après la loi pure il soit autorisé de continuer la Birkat Cohanim sans Talith. Toutefois vous allez attirer l'attention des gens et occasionner à certaines personnes de contempler vos mains ce qui est déconseillé.

 

3- C'est une excellente question. Vu que c'est inetrdit de réciter des propos saints, versets en l'occurrence à un endroit où se trouve une mauvaise odeur.

Toutefois i me semble que l'on peut autoriser de terminer la Birkat Cohanim et en particulier si la mauvaise odeur provient d'une autre personne que de vous en se reposant sur les propos du Chévèt hakéhati Tome 5 chapitre 31 qui autorise à un officiant de terminer la H'azara alors qu'il y a subitement une mauvaise odeur de sorte à ne faire honte à personne et en rajoutant que puisqu'au départ cette odeur était inexistante, il est possible de terminer (Cf Choulh'an Arouh' chapitre 92 au sujet d'une personne qui a besoin subitement de se rendre aux toilettes alors que lorsqu'elle a commencé elle n'avait pas besoin).

 

Kol touv!

Diverses questions à propos de Birkat Kohanim

- Mercredi 17 février 2016 à 15h14 vu 481 fois

Shalom Rav, j'ai quelques questions à propos de Birkat Kohanim.

 

1. Si on m'appelle pour faire Birkat Kohanim dans un autre office, alors que je suis dans les Pssoukei Dezimra, est ce que je peux aller leur faire Birkat Kohanim ? Est ce que j'ai une obligation d'y aller ?

 

2. Doit on obligatoirement se laver les mains juste avant Birkat Kohanim ? ou peut on le faire a priori avant la Amida ou avant la Tefila ?

 

3. Après avoir touché mes chaussures, puis je répondre Amen au Kadish ou aux Berakhot ? Puis je frotter mes mains sur mes vetements et continuer ma Tefila ?

 

Merci beaucoup cher Rav !

Shalom Rav, j'ai quelques questions à propos de Birkat Kohanim.

 

Chalom Ouvrah'a! Vous tombez bien je suis Cohen moi aussi. 

 

1. Si on m'appelle pour faire Birkat Kohanim dans un autre office, alors que je suis dans les Pssoukei Dezimra, est ce que je peux aller leur faire Birkat Kohanim ? Est ce que j'ai une obligation d'y aller ?

 

Vous avez le devoir d'y aller si on vous a appelé. Si vous n'y allez pas vous êtes Over sur un commandement positif, à moins que vous n'ayez déjà accompli la Mitsva ce jour là auquel cas vous n'êtes pas Over sur un Assé. (Choulh'an Arouh' chapitre 128 paragraphe 2)..

 

Et même si vous êtes dans les Psouké dézimra vous devez vous interrompre et ce, même s'il y a d'autres cohanim dans la synagogue et même si vous avez déjà accompli cette Mitsva le jour même. (Kaf Hah'aïm chapitre 51).

 

2. Doit on obligatoirement se laver les mains juste avant Birkat Kohanim ? ou peut on le faire a priori avant la Amida ou avant la Tefila ?

 

L'idéal est juste avant et ce, bien que vous savez que vos mains sont propres depuis la Nétila du matin. (Que ce soit Samouh'). Toutefois si vous savez que vous n'aurez pas le temps juste après votre Téfila, vous pouvez faire avant votre Chmoné Essré, et si même cela n'a pas été fait vous pouvez vous reposer sur la Nétila du matin si vous êtes sûr que vos mains sont restées propres.

 

3. Après avoir touché mes chaussures, puis je répondre Amen au Kadish ou aux Berakhot ? Puis je frotter mes mains sur mes vetements et continuer ma Tefila ?

 

Si vous avez de l'eau à portée de mains et que vous ne manquerez pas de répondre au Kaddich etc. vous devez vous laver les mains avec de l'eau. Si vous n'avez pas suffisamment de temps parce que la H'azan est déjà en train de réciter le Kaddich etc. il vous est possible de frottez vos mains dans votre vêtement (Choulh'an Arouh' et décisionnaires à la fin du chapitre 4).

 

Pour le Chmoné Essré vous devez vous efforcer de trouver de l'eau à moins qu'il n'y ait pas d'eau dans une distance de 18 minutes de là où us vous trouvez. pour tous les détails de cette Halah'a veuillez voire le Choulh'an Arouh' au chapitre 92. 

 

Kol touv!

 

Merci beaucoup cher Rav !

Passer devant quelqu'un qui prie pour faire Birkat Kohanim

- Lundi 28 novembre 2016 à 13h48 vu 350 fois

Bonjour Rav, une question qui m'arrive souvent.

Dans quelles conditions ai je le droit/devoir de passer devant quelqu'un pour faire Birkat Kohanim ?

- pour aller me laver les mains (non propres car j'ai touche mes chaussures)

- pour aller devant le heikhal faire Birkat Kohanim

- pour sortir de la synagogue au cas ou je ne peux pas faire Birkat Kohanim (par exemple, si j'ai fini la Amida apres que le Hazan a commence Modim)

Merci beaucoup !

Bonjour Rav,

 

Chalom Ouvrakha!

 

une question qui m'arrive souvent.

 

A moi aussi cher confrère Cohen.

 

Dans quelles conditions ai je le droit/devoir de passer devant quelqu'un pour faire Birkat Kohanim ?

- pour aller me laver les mains (non propres car j'ai touche mes chaussures)

 

Permis. (décisionnaires se reportant au Chap. 128) et au chap. 102.

 

- pour aller devant le heikhal faire Birkat Kohanim

 

Permis a fortiori. 

 


- pour sortir de la synagogue au cas ou je ne peux pas faire Birkat Kohanim (par exemple, si j'ai fini la Amida apres que le Hazan a commence Modim)

 

Je vais réfléchir à cette question. 


Merci beaucoup !

Thora devant une poubelle dans la rue

- Dimanche 11 décembre 2016 à 08h48 vu 364 fois

Bonjour rav, peut on penser a de la thora a l'exterieur, a Jerusalem, alors qu'on voit les fameuses bennes a ordures vertes.

 

Merci Rav ! 

Chalom Ouvrakha!

 

Le Choulh'an Aroukh écrit au chapitre 79 § 8, qu'il est interdit de prononcer des paroles saintes face à une poubelle dont se dégage une mauvaise odeur. 

 

Le Michna Béroura précise qu'il s'agit d'un interdit de la Torah. Et quand bien même nous étions certains qu'il n'y a aucun excrément à l'intérieur le simple fait que se dégage une mauvaise odeur de cette poubelle cela lui confère un statut semblable à celui d'un excrément, à savoir qu'il est interdit de réciter des versets de Torah etc. face à elle même si on se trouve loin d'elle, tant que celle ci est perceptible à notre horizon.  

 

Tout ceci concerne les poubelles de l'époque. 

 

En ce qui est des poubelles d'aujourd'hui les décisionnaires contemporains se sont montrés plus indulgents. En effet:

 

  1. Aujourd'hui les poubelles sont débarrassées quasiment tous les jours et ile st rare que des mauvaises odeurs s'en dégagent.
  2. Généralement les poubelles sont jetées dans des sacs poubelle.
  3. Les poubelles sont généralement hautes de 10 Téfah'im minimum et larges de 4 sur 4 Téfah'im, ce qui fiat que quand bien même il y aurait des excréments découverts à l'intérieur ils seraient considérés comme étant dans un autre domaine, ce qui rend le problème plus simple. 

C'est pourquoi les décisionnaires ont écrit que tant qu'il n'y a pas de mauvaise odeur qui s'en dégage et qu'on en voit pas d'excrément découvert face à nous ce n'est pas la peine de craindre quoi que ce soit.

 

Références: Bétsél Hah'okhma (Tome 6 Chap. 26), Halikhot Chlomo (Chap. 20 § 1), Or Letsion (Tome 2 Chap. 6 § 18) etc. 

 

Si l'on voit que la poubelle est pleine à craquer et que des sacs se déchirent etc. il vaudra mieux éviter de réciter de dire des Divré Torah dans les parages (s'écarter de 2 mètres d'elle et ne pas se trouver en situation de face à face avec elle). Piské Téchouvot Chap. 79 § 8. 

 

De même face à la benne à ordure où les sacs poubelles se déchirent et souvent il y a  des excréments découverts qui s'y trouvent, la Halakha est qu'il faudra éviter de réciter des Divré Torah en face au même titre et selon les mêmes conditions que celles de la récitation de textes sacrés face à un excrément etc. (Iché Israël Chap. 53 § 38).

 

Béhatslah'a!

Kadish apres Alenou Leshabeah

- Dimanche 11 juin 2017 à 08h23 vu 302 fois

Bonjour Rav, Dans le Minyan ou je prie, ils font Kadish aussi apres Alenou Leshabeah. Est ce permis ? Dois je rester pour ce kadish ou sortir ? Merci beaucoup !

Chalom !

 

Je vous envoie la réponse qu'a rédigé le Rav Olivier à votre intention :

 

Le Kadish d’après Alénou n’est pas proclamé par toutes les communautés. Il l’est, essentiellement, dans les communautés Ashkénazes, ainsi que dans certaines communautés Séfarades, tels que les marocaines, ou certaines communautés tunisiennes.


Certains Sépharades ne le récitent qu’après l’Alénou de Chah’arit, d’autres le récitent également après celui de Minh’a ou de Arvit. Bref, c’est une question d’usage. Pour les Sépharades, il s’agit essentiellement du Kadish dans sa version courte, le « demi Kadish ».


Certains se sont étonnés de cette coutume chez les Sépharades et ont émis plusieurs hypothèses, comme celles du Rav Hadaya (Yaskil Avdi vol. 8 chap. 26) pour qui il s’agit peut-être d’accorder un rattrapage aux retardataires qui auraient manqué  un ou plusieurs Kadich, ou celle du Rav Tolédano (Divré Chalom Véemet) pour qui il est évident qu’après l’accomplissement d’une Mitsva tel que la récitation d’une prière comportant le nom D’Hachem il faille réciter le Kadich (en se basant sur une explication du Chibolé Haleket, chap.8). Selon le Rav Tolédano, si les Sépharades n’ont pas toujours récité le Kadish après Alénou, c’est qu’ils n’ont intégré Alénou à leur prière journalière que tardivement : autrefois, il n’était récité qu’au cours du Moussaf de Roch Hachana et Kippour.
Ceux qui s’abstiennent craignent surement de ne pas multiplier les Kadishim, ce qui est fortement décommandé.


Il semble toutefois que celui qui se trouve dans une communauté qui récite le Kadich après Alénou se devra, dans la mesure du possible, d’écouter le Kadish comme l’ensemble des Kadishims. Pour celui à qui le devoir professionnel ou autre impose de quitter la synagogue avant la fin de l’office, il faudra envisager la chose selon les circonstances particulières.

 

Béhatsla'ha !

 

Retard a Chaharit

- Mercredi 22 novembre 2017 à 08h56 vu 221 fois

Bonjour Rav, si on arrive en retard a chaharit, est ce qu'il vaut mieux :

 

1. lire tous les Pssouke Dezimra et faire la Amida en meme temps que la Hazara ?

 

2. sauter la majorite des Pssouke Dezimra et faire la Amida en meme temps que tout le monde ?

 

Autre question, quand on dit qu'il faut faire la Amida mot a mot avec la Hazara du Hazan. Que faire si il prie dans un autre Nossah (ashkenaze par exemple). Doit on prier exactement comme le Hazan ou selon notre propre Nossah ?

Chalom Ouvrakha !

 

1- Il vaut mieux faire comme la deuxième option que vous proposez dès lors que l'essentiel de la prière Bétsibour c'est lorsqu'on prie en même temps que le Tsibour et non pas en même temps que l'officiant lors de la 'Hazara.

 

Il faudra par contre ensuite rattraper les Psouké Dézimra que vous avez sauté. 

 

Cf. en détails le Choul'han Aroukh (chap. 52 et Michna Béroura § 6).

 

2- Dans votre Noussa'h à vous !

 

Kol touv !

Amida : Reculer si quelqu'un prie juste derrière

- Dimanche 12 ao√Ľt 2018 √† 14h56 vu 153 fois

Shalom Rav,

suite a votre cours très intéressants (http://www.torahacademy.fr/precautions-avant-de-faire-les-3-pas-en-arriere), que faire dans le cas suivant.

J'ai presque fini la Amida mais, juste derrière moi (dans mes 4 amot), une autre personne fait la Amida.

Est ce que je peux reculer (en essayant évidemment de ne pas le cogner) ou non ? S

achant que je suis de toute façon déjà dans ses 4 amot, peut être est il préférable que je recule pour lui laisser le champ libre ?

Merci beaucoup Rav

Chalom !

 

Non, il n'y a pas d'interdit pur lui de prier alors que son champ n'est pas libre, c'est juste préférable comme nous l'avons expliqué dans l'un de nos cours vidéo sur la Téfila;  par contre c'est interdit à vous de vous voumoir dans ses 4 Amot.
C'est donc interdit pour vous de reculer.

 

Kol touv !

Birkat Kohanim

- Lundi 03 décembre 2018 à 12h42 vu 142 fois

Bonjour Rav, j'ai encore des questions a propos de Birkat Kohanim...

 

1. Si lors de la Hazara, le Hazan est arrive a Modim et quelques secondes plus tard, je finis ma Amida. Est ce que je peux/dois monter a Birkat Kohanim ? Si non, que dois je faire ?

 

2. Si je n'ai pas le temps d'arriver près du Hekhal avant Birkat Kohanim (le chemin est tres encombre), que dois je faire ? faire Birkat Kohanim sur place ou ne rien faire ou faire semblant d?être dans la Amida ?

 

3. Doit on avoir les mains jointes pour Birkat Kohanim ?

 

Merci beaucoup Rav

Chalom Ouvrakha !


1- Dans ce genre de cas ce que vous devez faire c’est alors que vous êtes encore dans votre Amida (après le Yhyou Lératson) sautiller légèrement dans la direction du Doukhan, avant que l’officiant ne termine la Brakha de « Hama’hazir Chékhinato Letsion » de sorte à ce que vous ayez été Oker avant le Modim. Ensuite dès que vous terminez votre Téfila vous foncez au Doukhan si la Birkat Cohanim n’a pas encore commencé. Ce conseil provient du Pri ‘Hadach chap. 128.

 

Si vous n’avez pas fait cela, il convient de sortir du Beth Knesset. La raison dans votre cas de sortir est double :

 

     1- Il existe une opinion selon laquelle bien qu’on n’a pas été Oker au moment voulu, mais si au moment où l’officiant dit Cohanim on ne se présente pas au Doukhan on enfreint un commandement positif. En étant dehors vous évitez ce problème.
     2- Les gens vous voyant dans la synagogue ne pas faire la Birkat Cohanim et sachant que vous êtes Cohen risquent de dire que vous êtes visiblement un Cohen pas valable et que c’est pour cette raison que vous ne faites pas la Birkat Cohanim.

 

2- La logique souhaite que la Brakha peut être faite même au milieu du Beth Knesset dès lors qu’il y a 10 hommes se trouvant devant vous au moment de la Birkat Cohanim. Je souhaitais toutefois trouver cela écrit avant de répondre. Mon ami le Rav Olivier m’a montré une Téchouva parlant d’un sujet assez ressemblant dans le Chévét Hakéhati (tome 3 chap. 65) et il tranche effectivement dans ce sens.

 

3- Il existe une grande discussion entre le Choul’han Aroukh et autres décisionnaires et entre la Kabbale au sujet de la façon dont on doit placer les mains lors de la Birkat Cohanim. En résumé :

 

Selon la Halakha les deux pouces doivent se toucher. Pas être posés exactement l’un sur l’autre dans toute la longueur mais en forme de w de sorte qu’en tout il y ait 5 « fenêtres » c’est-à-dire 5 espaces d’air. Le premier entre les deux paires de doigts, le second entre l’index et le pouce, le troisième entre les deux pouces, le quatrième entre le pouce et l’index de l’autre main et le cinquième entre les deux paires de doigts (si vous m’avez compris c’est un véritable miracle ).   

 

Selon la Kabbale (au nom du Ari zal) les doigts sont séparés l’un de l’autre, et les pouces ne se touchent pas l’un l’autre. C’est dans ce sens que va la Or Letsion tome 2 chap. 6.

 

Kol touv !

Deuil

Cohen, défunt et Mitsva

- Jeudi 11 octobre 2018 à 09h46 vu 178 fois

Bonjour Rav, Dans certaines situations, un Cohen peut être bloqué chez lui a cause d'une personne décédée dans son immeuble. On m'a dit qu'il lui est possible de sortir si c'est pour accomplir une Mitsva, par exemple pour aller faire Birkat Cohanim a la synagogue. Est ce que vous confirmez ? Quelles sont les limites de cette permission ? Merci beaucoup Rav et Kol Touv !

Chalom !

 

Je ne sais pas de quel cas précis vous parlez !

Le défunt se trouve dans la cage d'escaliers ou dans un appartement fermé ?

 

S'il est dans la cage d'escaliers, interdiction totale de sortir pour accomplir une Mitsva. 

 

Dans certains cas où on a un doute s'il y a une personne défunte, comme le cas d'une personne devant se trouver dans un hôpital, et qui ne sait s'il y a un mort ou pas, et qui souhaiterait sortir de sa chambre poura ller prier et accomplir d'autres Mitsvot.

Dans ce cas les décisionnaires lui autorisent (Taharat Hacohanim Kahalakha page 152).

Kol touv !

Talith et Téfilines

Transporter des Tefilin et une Meguila

- Mardi 21 juillet 2015 à 16h26 vu 544 fois

Shalom Rav,

Je dois bientôt prendre l'avion SDV. Comment puis emmener mes Tefilin et ma Meguila de Pourim ?

En bagage en soute ?

En valise cabine ?

Dans mon sac à dos ?

Merci beaucoup !

Chalom Ouvrah'a!

 

L'idéal serait de les prendre avec vous dans un sac et de les déposer de façon respectueuse à un endroit qui ne soit pas le sol et où ils ne seront pas écrasés etc.

 

Si vous êtes obligés de le mettre dans la soute à bagages, il faut les mettre dans un double emballage et préciser sur le carton que c'est fragile comme on le fait avec les ustensiles en verre de sorte à ce qu'on n'en vienne pas à les trimbaler n'importe comment. Faire aussi en sorte qu'ils soient à l'abri de toute humidité.

 

C'est dans ce sens que le H'elkat Yaakov (Tome 1 chapitre 45) a tranché la Halah'a dans un cas de grande nécessité.

 

Kol touv!

Talith Katan invalide pour un enfant

- Mardi 21 février 2017 à 08h13 vu 329 fois

Bonjour Rav,

Le Talith Katan de mon fils de 5 ans a des fils trop courts (certains fils font moins de 10 cm). Peut on quand meme lui mettre ou non ? Merci Rav !

Chalom

 

Essayez au plus vite de lui en acheter un autre qui soit Cacher de sorte à ce qu'il puisse accomplir la Mitsva. 

 

En attendant, c'est un problème d elui mettre un vêtement à 4 coins sans Tsitsiot, mieux vaudrait-il ne pas lui mettre de Talith du tout.

Il est vrai que le Magen Avraham écrit au chap. 343 que l'interdit de faire faire une Avéra à un enfant n'est pas en vigueur lorsque c'est pour l'éduquer à accomplir une Mitsva comme par exemple le laisser sonner du Chofar Roch Hachana à l'issue de l'office. Bien que généralement c'est interdit, à l'enfant on lui autorise pour lui apprendre et l'éduquer à savoir sonner du Chofar.

Dans ce cas, ce serait peut être ressemblant et on pourrait autoriser une telle chose. Toutefois les cas ne sont pas tout à fait similaires, parce qu'à présent le Talith n'est vraiment pas Cacher alors comment l'éduquer à une chose non Cacher.

 

Conclusion: Achetez lui en vitesse un Talith Cacher.

 

Béhatslah'a!

Talith Katane pendant la sieste

- Mercredi 25 octobre 2017 à 09h16 vu 230 fois

Bonjour Rav,

 

A propos du Talith Katane, je sais qu'il est bien de le porter la nuit d'après la Kabbala mais pas nécessaire d'après la Halakha.

 

Qu'en est il pendant la sieste en journée ?

 

Est ce utile, d'après la Halakha, de le porter pendant cette sieste ?

 

Merci Rav pour votre réponse.

Chalom Ouvrakha !

 

Des propos des Mékoubalim il ressort qu'ene journée aussi il faut ne pas se défaire du Taith Katan lorsque l'on dort. C'est à dire ni le jour ni la nuit (cf. Kaf Ha'haïm chap. 21 § 15).

 

Si vous souhaitez aussi tenir compte d'un autre problème de Halakha. Si vous retirez votre Talith Katan vous entrez ensuite dans un véritable doute si vous devez réitérer la Brakha lorsque vous vous réveillez. Cf. Michna Béroura chap. 8 § 42, qui donne le conseil au moins de se couvrir avec. Et les déciionnaires de faire remarquer que ce conseil n'est pas pertinent selon toutes les opinions rapportées par le Michna Béroura au chap. 18 § 8.

 

Kol touv !

Tsédaka et Maasser

Tsedaka et éducation

- Lundi 02 novembre 2015 à 22h04 vu 495 fois

Bonjour Rav,

 

En marchant dans la rue avec les enfants, on voit souvent des pauvres tendre la main.

Mes enfants me demandent de donner des pièces à ce pauvre..

Parfois, je lui donne et parfois non.

En particulier, certains boivent ou fument fréquemment et je ne pense pas qu'il soit bon de leur donner de l'argent. Comment expliquer à mes enfants mon refus de donner de l'argent à ces pauvres ?

Merci pour vos conseils cher Rav.

Chalom!

 

Aussi bien que vous me l'expliquez à moi.

Leur dire que votre argent est distribué avec beaucoup de soin aux personnes les plus nécessiteuses. Leur expliquez que certaines personnes ne sont pas honnêtes et que vous ne souhaitez donner qu'aux personnes dont vous savez qu'elles sont honnêtes ou qui ont une attestation d'un Rav les connaissant etc; etc.

 

Béhatslah'a!

Combien donner de Tsedaka ?

- Jeudi 11 février 2016 à 22h35 vu 653 fois

Bonsoir cher Rav, Souvent des personnes nous sollicitent pour nous demander de l'argent, à la synagogue, à la porte de notre maison, dans la rue...

Nous ne connaissons pas ces personnes ni leur sérieux ou leur besoin réel.

Combien doit on leur donner ?

Parfois, je me fie à leur apparence et à mon intuition, mais je crains de commettre une erreur car l'habit ne fait pas le mendiant...

Merci beaucoup pour votre réponse !

Chalom Ouvrah'a!

 

Veuillez svp lire la réponse suivante, elle vous aidera certainement:

 

http://www.torahacademy.fr/comment-donner-la-tsedaqah

 

Kol touv!

Tsedaka manquée

- Mardi 21 février 2017 à 08h18 vu 246 fois

Bonjour Rav, Pendant la Tefila, des hommes vient demander de l'argent en tant que Tsedaka. Parfois, j'ai l'intention de leur donner quelques pieces (ou bien je les ai mémé tire de ma poche) mais l'homme en question est déjà sorti avant que je puisse lui donner (parce qu'il y avait des personnes qui bloquaient le passage ou autre raison).

Est ce que je dois lui courir après pour lui donner ?

Puis je remettre l'argent dans ma poche pour moi ?

Dois je le donner a une boite de Tsedaka ? Merci Rav !

Chalom Ouvrakha!

 

Vous posez une excellente question.

Il faut savoir que lorsque l'on s'engage à donner de la Tsédaka nous y sommes tenus. Selon de nombreux décisionnaires même lorsque l'on s'engage par la pensée à donner une certaine somme de Tsédaka à une certaine personne, nous y sommes contraints. (Rama Yoré Déa chap. 258 § 13). 

 

Ceci étant dans votre cas vous avez pensé donner à untel et voilà qu'il ne se trouve plus sur les lieux. Si vous pouvez facilement l'atteindre c'est évident que ce serait le mieux même si cela vous coûte un petit marathon vers la Mitsva.

Si vous ne pouvez pas le faire (vous êtes en pleine Téfila etc.), il existe une discussion entre les grands Décisionnaires.
 

Certains prétendent que dès lors que votre intention était de donner à ce pauvre précisément dès lors qu'il n'est plus joignable, vous êtes dispensés de donner cette pièce et cette somme à la Tsédaka. En effet, votre intention était de donner à untel, qui à présent ne se trouve plus (Chout Avné Yichpé tome4 chap. 101 au nom du Rav Elyachiv zatsal). 

 

D'autres décisionnaires affirment que s'il est vrai que vous êtes dipensés de donner à ce pauvre, toujours est-il qu'il faut donner cette somme à un autre pauvre (Rav 'Haïm Kanyevsky Chlita dans le Dérékh Emouna (chap. 8 § 88), et autres décisionnaires au nom du 'Hazon Ich). 

 

Le conseil donné par le Béora'h Tsédaka (page 222) est de se dire depuis le départ que lorsque l'on compte donner de la Tsédaka c'est à condition que le statut de Tsédaka ne soit conféré à la pièce qu'à partir du moment où il est arrivé entre les mains du pauvre et pas avant.

 

Béhatsla'ha!

Mitsvots en vigueur en Isra√ęl

Alya et Mitsvot √† conna√ģtre en Isra√ęl

- Jeudi 11 septembre 2014 à 12h30 vu 574 fois

Shalom Rav,

Envisageant de faire bientôt mon Alya, je me demande quels sont (en gros) les nouvelles Mitsvot (ou les différences d'application) qu'on aura le mérite d'accomplir en Israël ? Par exemple, il y aura évidemment les Troumot et Masserot, la Chemita mais aussi d'autres choses : Achavat Avéda (qui est bien plus fréquente dans un endroit à majorité juive), faire attention à ne pas amener un juif non pratiquant à enfreindre Chabbat (comme traverser la rue et forcer ainsi une voiture à freiner), les Tolaïm (dans la farine, les poissons... bien plus fréquents qu'en France), les modifications dans Meen Chaloch...

Pouvez vous lister ces sujets et comptez vous faire des cours dessus ?

Toda Raba !

Chalom Ouvrah'a!

 

Vous avez raison dans chaque cas que vous avez cité.

Vous avez toutefois oublié la Mitsva principale que vous aurez le mérite d'accomplir en étant en Israël et qui est la Mitsva de Ychouv Erets Israël et qui n'est pas des moindres.

 

J'ai fait toute une rubrique de cours sur les Mitsvots en vigueur en Israël et j'espère qu'elle se complétera avec le temps Béézrat hachèm!

 

Kol touv!

Alya : perdre l'essentiel pour gagner du superflu ?

- Mardi 04 novembre 2014 à 21h29 vu 748 fois

Chalom Rav

Nous avions décidé de faire notre alya à l'été 2015.

Notre famille se composera alors de 4 enfants en bas âge.

Nous étions prêts à abandonner le confort matériel dont nous jouissons en France, espérant trouver un épanouissement dans la Torah et une vie plus kechera dans un quartier religieux en Israël.

Les informations que nous avons collectées mettent essentiellement en évidence une réalité économique beaucoup plus difficile qu'en France et le choix "d'un système" (dati léoumi, haredi séfarade...) dans lequel il faut réussir à s'intégrer.

Convaincus de l'intérêt du projet, nous étions prêts à affronter et surmonter toutes les difficultés à venir jusqu'à ce que nous prenions conscience d'une réalité bien plus triste et bien plus lourde que ce que nous ne pensions: les dissensions au sein du peuple juif.

Nous étions avertis de cela, mais les informations que nous avons rassemblées, notamment sur le quartier de Kiryat Yovel à Jérusalem, nous ont laissé perplexes...

Il semblerait que les disputes religieux/anti religieux, achkénaze/séfarade envahissent le quotidien dans tout Israël. Dans ce contexte, nous nous demandons si notre alya ne risque pas d'être un échec ?

Si, au prix du confort dans la pratique des mitsvot ou de celui de la kedoucha que procure le fait d'habiter la terre d'Israël, nous ne risquons pas de développer la sinat hinam et le lachone hara ?

Si nous ne sacrifions pas l'essentiel pour du "superflu" ?

Cette question nous semble d'autant plus importante quand on connaît la cause de la destruction du deuxième Bet Hamikdach et la difficulté d'éduquer des enfants (qui plus est dans un environnement inconnu). A moins que nos informations ne soient erronées ou exagérées...

Nous serions très heureux de connaître votre opinion.

Chalom Ouvrah'a!

 

Je me fait un plaisir de vous répondre à cette question vu que je vois qu'elle provient d'un sincère sentiment de vouloir faire une Alya dans tous les domaines.

 

Il me semble que certains points doivent être clairs:

 

1- Ne se sentent concernés et affectés par ce genre de Mah'loket que les personnes qui souhaitent développer et accroitre cette Mah'loket. Personnellement je me trouve en Israël à Jérusalem, dans un quartier religieux assez ouvert (à Kyriat Moché), et je sens une grande affection et un immense respect de façon générale entre les Sépharades et les Ashkénazes, les H'arédi et les Dati léoumi etc.

Les personnes qui souhaitent accentuer les différences au lieu de chercher les points communs trouveront toujours des points de mal entente et chercheront toujours à semer la zizanie. Les personnes qui souhaitent le Chalom, là où elles se trouvent feront tout pour pouvoir y accéder.

S'il est vrai qu'en Israël il y a une tendance malheureusement à se cloisonner complètement dans un système de pensée et à juger tous les autres défavorablement, je pense que ceci n'empêche pas les personnes bien intentionnées de rester lucides, et c'est ce que vous devrez faire.

Venez peut être habiter un quartier comme celui-ci, un peu mixte pour éviter un peu ce genre de problèmes.

 

2- Vous avez une Mitsva de venir habiter en Israël. Les difficultés qui risquent de se poser et les défis que vous aurez à relever y compris celui ci ne doivent en aucune façon vous donner une dispence de cette magnifique Mitsva. D. souhaite dans cette collectivité un peu fermée quelque fois qu'on apporte le positif qu'on a à apporter.

 

3- Je pense que c'est le bon moment de faire votre Alya alors que vos enfants sont encore petits. Ensuite le changement de mentalité etc. risque d'être difficile et dangereux pour eux tant qu'ils seront à l'âge de l'adolescence. Alors c'est où pour maintenant ou pour beaucoup plus tard.

 

4- Les échos que vous entendez sont certainement exagérés et proviennent de personnes qui à mon avis n'ont aucun autre centre d'intérêt dans leur vie que celui de juger les autres et de s'intéresser à ce qui n'est pas intéressant et qui n'est pas positif.

Soyez optimiste, et venez avec une envie d'ajouter et de développer la Ahavat Israël, et vous verrez que, comme moi, vous ne serez même pas mêlé ni même au courant de ce genre d'incidents.

 

Béhatslah'a!

Etrog de la Chemita

- Mardi 06 octobre 2015 à 16h18 vu 513 fois

Bonjour Rav,

Que faire avec un Etrog Otsar Beth Din ?

 

1. peut on le manger cru ?

2. peut on en faire de la confiture ?

3. peut on cuire son épluchure ?

4. peut on le jeter ?

 

Merci beaucoup Rav !

Chalom Ouvrah'a!

 

1- Non vu que ce n'est pas la coutume de consommer ce fruit cru, c'est donc l'abîmer, et c'est interdit.

2- Oui, vu que telle est la coutume durant toute l'année.

 

Pour bien comprendre la réponse à ces deux questions, veuillez écouter le cours suivant: http://www.torahacademy.fr/presser-et-epluchures

 

3- Oui, pourquoi pas? Si vous comptez la consommer.

4- Non, il faut le laisser s'abîmer de façon naturelle de sorte à ce qu'il ne soit plus apte à la consommation par un homme ni par un animal, et alors le jeter. Cf aussi: http://www.torahacademy.fr/presser-et-epluchures

 

Kol touv et Béhatslah'a!

Education

Enfant agite

- Vendredi 09 février 2018 à 08h21 vu 237 fois

Chalom Rav,

 

Mon fils de 7 ans (le plus grand de nos 5 enfants) est très agite dernièrement.

 

Il s'énerve très souvent, casse ses propres affaires, n'aime plus a l'école, est très insolent, menace et insulte même ses parents ...

Je ne sais plus quoi faire... mots gentils, punitions, cadeaux, ... rien n'y fait.

 

Ce n'est pas la première fois qu'on est confronte a ce comportement exécrable de sa part. Pendant quelques semaines, il est sage, puis pendant un mois ou deux, il est insupportable. Et cette alternance se poursuit depuis des années. Comment faire ?

 

merci beaucoup Rav

Chalom !

 

A mon avis il faut dans un premier temps voir si tout se passe bien à l'école et s'il est heureux là bas. Comment il se comporte vis à vis de ses amis etc.

 

Il faudrait aussi faire un diagnostique afin de voir s'il n'est pas par hasard hyperactif etc. 

 

Ensuite, parler avec lui tout seul quand les autres dorment, avec papa et maman peut être excellent ! Il a sûrement besoin d'être mis en valeur en tant qu'aîné. Vous pouvez le prendre une fois par semaine ou une fois toutes les deux semaines à une pizzeria etc. il a sûrement besoin d'attention.

Quelques fois un petit soutien psychologique peut aider les jeunes à faire face aux difficultés inhérentes à cet âge. 

 

Beaucoup de prières !!!

 

Béhatsla'ha !

Game boy

- Dimanche 30 juin 2019 à 15h26 vu 75 fois

bonjour Rav, mon fils a ramené a la maison un Game Boy du Talmud Torah (un camarade lui aurait offert).

Chez nous, il n'y a pas ce genre d'écrans. Que faire ? faut il lui laisser jouer ? lui confisquer et interdire totalement ? Merci pour vos conseils

Chalom !

 

Tout d'abord je vous conseillerai de bien vérifier c'est quoi cette histoire d'offert. A qui appartient ce game boy ? aux parents ? Il faudrait au moins leur autorisation etc. Peut être l'a t-il pris sans une véritable autorisation, bref vérifiez cela !

 

En ce qui est du jeu en soi, cela dépend de beaucoup de facteurs, est ce que tous ses amis ont cela ou qu'une minorité ?

 

Est ce que vous pensez que de l'en priver va l'affliger profondément ou pas ? 

 

D'une façon générale c'est évident que c'est à déconseiller, pour les jeunes enfants de Talmoud Torah, maintenant il faut voir que cela ne le dégoûte pas de la Torah ou de ses parents.

Si vous voulez appelez moi au téléphone !

 

Kol touv !

Questions liées aux problèmes d'argent

hachavat aveda

- Vendredi 09 septembre 2016 à 10h05 vu 566 fois

Shalom Rav

Mes enfants trouvent souvent dehors des petits jouets, ballons, ... et les ramènent à la maison. Ai je une obligation de retrouver le propriétaire? On est à Jerusalem.

Merci Rav

Chalom Ouvrakha!

 

La véritable question est de savoir s'ils auraient dû les soulever ou les laisser en place. Ceci dépend de nombreux facteurs (est ce que l'endroit où ils l'ont retrouvé était protéger ou pas, est ce que c'était visiblement posé volontairement à cet endroit ou que c'est tombé, est ce qu'il y a un Siman ou pas etc. etc.).

 

Disons simplement un petit H'iddouch rapporté dans les écrits des décisionnaires. S'il s'agit d'un objet dont on sait pertinemment qu'il est d'une tellement petite valeur (bien qu'il vaille plus qu'une Prouta) que les gens ne téléphonerons pas pour le récupérer, il vaut mieux le laisser en place en toute circonstance.

 

S'ils l'ont déjà soulevé et qu'il y a un signe distinctif (sur l'objet ou au lieu où il était déposé etc.), il faut faire Hakhraza c'est à dire déclarer cet objet. Sinon, le conserver jusqu'à la venue du prophète Eliahou.

 

Si cela vous encombre il faut estimer la valeur de l'objet et noter cela dans un carnet, et le jour où vous découvrirez qui est le propriétaire vous lui rembourserez la valeur. Entre temps vous pouvez vous en servir (je part du principe qu'un petit jouet etc. n'est pas considéré comme étant un objet à valeur affective importante dont le propriétaire souhaite impérativement le trouver lui même et non sa valeur en argent). 

 

J'ai été assez succinct, sinon j'aurai dû écrire 20 pages pour bien expliquer cela plus en détails. Od H'azon Lamoed Béézrat Hachem. 

 

Béhatslah'a!

Hachavat Aveda trottinette

- Lundi 11 septembre 2017 à 07h54 vu 286 fois

Bonjour Rav,

nous avons trouve une trottinette et une poussette jouet dans le jardin (toboggans etc...) en bas de chez nous il y a 3 semaines.

Nous avons mis des affiches de Achavat Aveda mais personne n'est venu nous reclamer ?

Ces objets nous encombrent a la maison, surtout qu'il faut surveiller que les enfants n'y touchent pas. Que doit on en faire ?

PS : je précise qu'il y a souvent des objets et jouets oublies dans ce jardin, et des arabes passent pendant la nuit les prendre. Doit/Peut on laisser l'argent de nos frères juifs se perdre ainsi ?

Merci beaucoup Rav !

Chalom !

 

Je vous renvoie à la réponse suivante que je vous avez donnée à l'époque.
Vous y trouverez la procédure à suivre.

http://www.torahacademy.fr/hachavat-aveda

Ktiva Vé'hatima Tova !

clé USB trouvée pas tres cachere

- Mercredi 25 octobre 2017 à 09h16 vu 291 fois

Bonjour Rav, j'ai trouvé une clé USB un peu abimée par terre dans un quartier religieux de Jérusalem.

J'ai regardé le contenu pour essayer de retrouver le propriétaire. Je n'ai trouvé dedans que quelques films goys, bien cachés. Je me demande que dois je faire avec tout ça ? - Jeter la clé USB - Effacer le contenu de la clé USB et la garder - Effacer le contenu de la clé USB et mettre une affiche pour retrouver son propriétaire (au risque de lui faire honte) - Laisser le contenu de la clé USB et mettre une affiche pour retrouver son propriétaire (au risque de lui faire honte) Merci Rav pour votre réponse.

Chalom Ouvrakha !

 

Tout d'abord il faut savoir ce que les décisionnaires ont stipulé qu'il est interdit au nom de la Mitsva de Hachavat Avéda de rendre à une personne des objets qui vont certainement lui faire faire un interdit (Opinion du Rav Gross et autres décisionnaires).

 

Lui rendre la clé sans son contenu non Cacher serait la meilleure des choses, simplement le simple fait que vous deviez la rentrer à nouveau dans votre ordinateur et prendre le risque de tomber pour la rendre, ce n'est pas de votre devoir. Vous n'avez en effet pas besoin de mettre votre vie spirituelle en danger pour rendre un objet trouvé.

En ce qui est de la honte, vous ne perdez rien à placer une affiche et de deux choses l'une.

Si elle a honte, elle ne viendra jamais la chercher, et si elle n'a pas honte ele viendra la récupérer.

 

Je vois que cela urge que mon livre sur Hachavat Avéda paraisse. Nous y sommes Baroukh Hachem quasiment.

 

Béhatsla'ha !

Prendre des feuillets a la synagogue ?

- Mardi 07 novembre 2017 à 10h36 vu 246 fois

Bonjour, a la synagogue ou au Beth Hamidrach, on trouve souvent des feuillets de Torah hebdomadaires posés sur les tables. (je ne parle pas des piles de feuillets qui sont expressément a la disposition du public) Ai je le droit de prendre ce feuillet ? Peut être que ça appartient a quelqu'un ? ou peut être qu'il a déjà été lu et a été abandonné ? Merci beaucoup !

Chalom !

 

Toute personne sait que ce genre de feuillets sont destinés à être pris par le premier venu. 
 

S'il le laisse sur la table c'est qu'il est prêt à  ce qu'il soit pris, vous avez donc le droit de le prendre à moins qu'il ne se trouve à côté du feuillet auquel cas il faut lui demander s'il souhaite le garder ou s'il vous autorise à le prendre.

 

S'il est glissé entre les pages de son livre etc. il est évident que vous ne pouvez pas vous l'approprier.

Kol touv !

 

Objet perdu : signe distinctif ou non ?

- Lundi 28 mai 2018 à 15h54 vu 215 fois

Shalom Rav,

j'ai lu votre livre sur Hachavat Aveda, qui est vraiment d'une qualité exceptionnelle !

Il est exhaustif, très bien structuré, systématiquement illustré d'exemples, va au fond du sujet (jusqu'à des applications qu'on ne soupçonnerait pas), les notes en bas de page sont vraiment intéressantes.

L'écriture est d'excellente qualité et l'ensemble est très agréable a lire.

Je n'ai pas tout fini de lire, mais je me permets déjà de vous poser une question qui me turlupine à propos des signes distinctifs.

Il s'agit d'un cas très commun : Je trouve un objet dans la rue, dans un endroit majoritairement juif.

L'objet ne porte ni nom ni numéro de téléphone. C'est un objet disponible dans le commerce. Est ce que je peux le garder ? Est ce que je dois le déclarer ? Est ce que la marque, la couleur ou le modèle constituent des signes qui m'obligent à retrouver le propriétaire ?

Merci pour votre réponse cher Rav

Shalom Rav,

 

Chalom Ouvrakha !

 

j'ai lu votre livre sur Hachavat Aveda, qui est vraiment d'une qualité exceptionnelle !

Il est exhaustif, très bien structuré, systématiquement illustré d'exemples, va au fond du sujet (jusqu'à des applications qu'on ne soupçonnerait pas), les notes en bas de page sont vraiment intéressantes.

L'écriture est d'excellente qualité et l'ensemble est très agréable a lire.

 

Merci beaucoup. C'est pour des gens comme vous que j'ai rédigé ce livre et je suis heureux de voir qu'il vous plait. 

 

Je n'ai pas tout fini de lire, mais je me permets déjà de vous poser une question qui me turlupine à propos des signes distinctifs.

Il s'agit d'un cas très commun : Je trouve un objet dans la rue, dans un endroit majoritairement juif.

L'objet ne porte ni nom ni numéro de téléphone. C'est un objet disponible dans le commerce. Est ce que je peux le garder ?

 

S'il se trouvait à un endroit précis quelques fois l'endroit est un Siman. S'il se trouvait à un endroit de Talmidé 'Hakhamim, il est possible qu'il pourra le reconnaître par Tviout Ayin, (concept expliqué dans le livre). 

 

Est ce que je dois le déclarer ?

 

Si aucun signe vous pourrez le garder à condition que vous l'ayez soulevé après le Yéouch effectué. 

 

Est ce que la marque, la couleur ou le modèle constituent des signes qui m'obligent à retrouver le propriétaire ?

 

D'une façon générale non puisqu'il y en a des milliers comme celui-ci. 

 

Merci pour votre réponse cher Rav

 

Avec plaisir cher Dovater !

Kol touv !

 

Montre trouvee

- Lundi 12 novembre 2018 à 10h31 vu 130 fois

Bonjour Rav,

Mon fils a trouve une montre Casio (comme il en existe des milliers dans la ville) devant un immeuble à Jérusalem ; doit-on en déclarer la perte ?

Il n'y a ni nom ni numéro de téléphone sur la montre.

Apres avoir lu votre livre, il me semble que je peux la garder.

En effet, la montre en question n'a aucun signe distinctif ; elle est visiblement tombée par terre et pas déposée intentionnellement ; il est vraisemblable que le propriétaire ait déjà remarqué sa disparition et fait Yiouch.

Qu'en pensez vous ? (j'ai déjà pose la question a un autre Rav qui m'a permis de vous la soumettre)

Kol touv

Chalom !

 

Je suis d'accord avec vous, d'autant que la montre est un objet dont l'on s'aperçoit rapidement de sa perte !


Kol touv !

Autre

Précautions pour Aliyah réussie?

- Dimanche 03 ao√Ľt 2014 √† 22h59 vu 914 fois

Bonjour,

Merci pour votre soutien et votre aide à de nombreux francophones. Votre site Torah Academy est vraiment remarquable et gagnerait à être plus connu dans la communauté.

Je me présente un peu : J'ai 30 ans, marié, avec 3 enfants (0 à 3 ans). Nous sommes barouh hachem religieux (étude quotidienne de Torah etc...) Depuis plusieurs mois, nous réfléchissions à faire notre Aliyah, principalement pour des raisons d'épanouissement dans la Torah mais aussi sécuritaire, ou simplement pragmatique (à quoi servirait des années de scolarité et d'études en France pour nos enfants si, de toute façon, la vie des juifs en France sera improbable dans dix ou vingt ans).

Pour concrétiser notre projet, nous examinons quatre axes en particulier :

- école pour les enfants : nous hésitons entre le système Haredi (mais pas de bac donc pas de possibilité de bonnes études profanes) ou Torani (mais niveau faible en torah pour accéder aux grandes Yeshivot) car le système Mamlahti Dati offre de bons résultats pour les études supérieures mais une Torah pas "saine" (d'après ce que certains rabbanim en disent). Est on forcé de choisir entre études Kodesh (sans possibilité d'études supérieures ensuite) et études Hol (avec un zeste de Kodesh, mais une ambiance et une vision de la Torah plutôt laïque) ? Est ce que le site gouvernemental de l'éducation ou le site Madlan est fiable en ce qui concerne les résultat scolaires (avec l'indice de réussite Madad Madlan) ou bien sont ce des informations orientées (comme certaines désinformations concernant les orthodoxes en Israël) ?

- lieu d'étude pour moi : je cherche un lieu qui fasse Collel Erev, ou bien des cours pour Baalé Batim, mais qui permettent à la fois d'étudier la Torah (où j'ai déjà un bon niveau d'autonomie dans la Guemara et les Richonim) et de s'améliorer par du Moussar.(comme vous le recommandez certainement à travers vos cours)

- lieu de résidence : ville ou quartier un peu francophone, mais pas trop... A Jerusalem, il semble y avoir plusieurs communautés francophones, y en a-t-il que vous recommandez ? Nous cherchons un cadre religieux mais relativement "ouvert", pas à l'image de "ghettos" de certains quartiers, un peu effrayant pour nous français. Connaissez vous un bon quartier religieux à Natanya ?

- emploi pour moi (je suis ingénieur des grandes écoles d'ingénieur généraliste, mais plutôt orienté informatique) Est ce qu'il y a d'autres points importants auxquels il faudrait penser ? Pouvez vous me donner quelques pistes ?

 

Merci beaucoup !

Chalom Ouvrah'a!

 

Tout d'abord je vous souhaite beaucoup de réussite dans ce magnifique projet.

Voici quelques pistes de réflexion ainsi que vous me l'avez demandé.

 

-Tout d'abord c'est sûr que c'est le bon âge pour vos enfants pour qu'ils puissent bien digérer votre Alyah. Lorsqu'ils seront grands ce sera très dangereux spirituellement et moralement de leur faire vivre une expérience de ce genre (un tellement grand changement à tous les niveaux pour des enfants encore fragiles).

 

-Au sujet du choix de l'école, ce n'est pas parce que je suis H'arédi que je vous le recommande mais simplement parce que les faits parlent d'eux même. Si vous voulez inculquer à vos enfants une vraie crainte de D. il me semble que vous n'avez pas tellement d'autres choix que les faire entrer dans des Talmoudé Torah. Pour le problème de la Parnassa qu'ils risquent de rencontrer par la suite s'ils n'ont pas passé le bac, je suis persuadé que ce n'est pas une inquiétude nécessaire, mais ceci nécessiterait une vraie discussion téléphonique ou en tête à tête parce que c'est un sujet trop délicat, long et complexe pour être traité à l'écrit.

 

-Au sujet d'un lieu dans lequel c'est agréable d'habiter, il y a plusieurs quartiers à Jerusalem qui ne sont pas du tout trop fermés, et dans lesquels se trouvent des francophones. A Kyriat Moché, Har Nof, dans certaines zones de Baït Vagan, à Kyriat Yovel, Har H'oma, tout dépend ensuite de ce que vous cherchez exactement mais on en reparlera au téléphone SDV.

 

-Au sujet d'un emploi, en Israël il y a beaucoup de boites d'informatique. Toutefois la terre d'Israël s'acquière avec des difficultés ainsi que nos Maîtres l'enseignent, et la Parnassa n'est pas simple affaire. Mais à vous de faire votre Hichtadelout et je suis sûr que D. vous aidera à trouver ce qu'il faut.

 

Si l'un des internautes à quelque chose à rajouter ou à conseiller etc. il est le bienvenu.

Béhatslah'a!

Jeuner pour une femme qui allaite

- Jeudi 23 juillet 2015 à 17h24 vu 553 fois

Bonjour Rav, Ma femme allaite notre bébé de 4 mois.

Depuis 3 jours, on essaie de donner aussi au bébé un biberon et ça fonctionne Baroukh Hachem.

Doit elle jeûner pour ce Ticha Beav repoussé ? dans quel cas pourra-t-on être moins rigoureux ?

merci.

Chalom Ouvrah'a!

 

Cf http://www.torahacademy.fr/accouchee-dans-les-24-mois-et-9-av-decale.

 

Nous écrivons que d'après le Rav Ovadia Yossef zatsal cette année on est dispensé de jeûner.

 

Kol touv!

Les Cailles (Slav)

- Dimanche 11 juin 2017 à 08h21 vu 407 fois

Shalom rav, je n'ai jamais bien compris l'épisode des cailles dans le desert. D'abord, dans la Paracha Beshalah (Chemot 16, 13), le même jour que la Manne, Hachem envoie les cailles le soir. Dans la Paracha Beaaloteha de la semaine passée (Bamidbar 11, 31), les Bnei Israel se sont plaints de la Manne et Hachem leur a envoyé des cailles durant un mois. Pourtant, des qu'ils en mangent, ils en meurent ! Donc plusieurs questions : 1. Est ce que les cailles ont été envoyées a deux époques dans le désert ? 2. Pourquoi il y avait des cailles durant un mois s'ils en mourraient tout de suite ? Ils ont du cesser d'en manger immédiatement ?! Merci beaucoup Rav pour votre éclairage !

Chalom Ouvrakha !

 

Voici les réponses du Rav Olivier à votre intention :

 

1. Est ce que les cailles ont été envoyées a deux époques dans le désert ?

 

oui, tout d'abord avec la Manne en tant que nourriture journalière, et ensuite en tant que "punition" après les plaintes non justifiées.


2. Pourquoi il y avait des cailles durant un mois s'ils en mourraient tout de suite ? Ils ont du cesser d'en manger immédiatement ?! 

 

là est bien le châtiment: ils avaient une folle envie d'en manger et au final ils en souffraient !

 

Kol touv !

Torah Academy ne fonctionne plus avec Etrog !

- Jeudi 17 ao√Ľt 2017 √† 08h13 vu 260 fois

Bonjour, Les cours a télécharger ou a visionner ne fonctionnent plus avec le filtre Etrog !

Le site et les questions réponses fonctionnent mais pas les cours. Je les ai contacté mais pas de réponse satisfaisante...

Pouvez vous résoudre le problème ?

merci beaucoup

Chalom Ouvrakha !

 

J'avais repéré ce problème depuis deux ou trois semaines mais je pensé que c'était un problème uniquement chez moi. 

 

Grâce à vous je leur ai téléphoné, me suis battu avec eux (mais je n'étais pas seul, j'étais avec Hachem Yitbarakh) et Baroukh Hachem, il me semble que le problème est résolu. Veuillez svp me le confirmer.

Merci et Béhatsla'ha !

Filtre Net Free

- Jeudi 17 ao√Ľt 2017 √† 08h15 vu 371 fois

Bonjour Rav, que pensez vous du filtre pour Internet Net Free ? http://netfree.link/

Est ce un filtre correct ?

Merci beaucoup rav

Chalom !

 

Je ne connais pas du tout, mais si j'arrive à avoir des informations je vous tiendrais au courant Bli Néder.

Merci. 

Cours ou musique dans la salle de bains

- Vendredi 09 février 2018 à 08h20 vu 204 fois

Chalom Rav,

En rapport avec votre cours sur Netilat en sortant d'une salle de bains + toilettes. Peut on écouter de la musique juive ou un cours de Torah dans une salle de bains + toilettes ?

merci beaucoup Rav

Chalom !

 

Si vous mettez une Tsourat Hapéta'h, pas de problème.
Si vous ne mettez pas, c'est plus problématique, quoi que je pense qu'il y aurait matière à autoriser.

Kol touv !

Pas de filles chez nos ancêtres ?

- Vendredi 09 février 2018 à 08h21 vu 208 fois

Chalom Rav, Dans la Paracha Vaygach (il me semble), quand la Torah fait le dénombrement des 70 personnes venues en Egypte, il n'y a que 3 femmes (Dina, Serah et Yokheved) contre 67 hommes. Comment cela se fait il ? Les Avot, les Chevatim et leurs enfants n'avaient pratiquement que des garçons ? merci beaucoup Rav

Chalom Ouvrakha !

 

Invraisemblable mais vrai, le Natsiv Parachat Vaygach (que m’a montré le Rav Olivier) pose votre question mot pour mot. Il répond qu’il est évident que le peuple juif comptait plus que deux filles et d’ailleurs plus de garçons aussi qui n’ont pas tous été mentionnés. Selon lui ce ne sont que les filles qui ont eu un rôle dans l’histoire du peuple juif qui ont été mentionnées, de même pour les hommes, uniquement ceux qui ont été acteurs principaux ont été mentionnés.

 

Personnellement j’ai pensé à une autre façon de répondre. Plusieurs Guémarot affirment que selon le comportement de l’homme entre autre lors de la relation, il méritera d’avoir des garçons. Il ressort de ces Guémarot que c’est un mérite d’avoir des garçons plus que des filles (pourquoi ? C’est une excellente question, à laquelle je n’ai pas de réponse. Mon Maître le Rav Sternbukh m’a confié que lui aussi ne comprend pas très bien cela). C’est d’ailleurs pour cela que les hommes récitent tous les matins la Brakha de « Chélo Assani Icha ».

 

On peut donc affirmer que les Avot Hakédochim étant méritants, et se comportement de la façon la plus parfaite lors de leur relation, ils ont mérité d’avoir des garçons plus que des filles.

 

En tout cas, bravo pour votre excellente question !

 

Kol touv !

Epineux : Place de la culture générale ds l'éducation

- Mercredi 24 octobre 2018 à 14h29 vu 163 fois

Bonjour Rav,

Quelle est la place qu'il faut donner a la culture générale (histoire, géographie, sciences, art...) dans l'éducation de nos enfants (qui sont au Talmoud Tora) ?

Merci beaucoup Rav

Chalom Ouvrakha !


Puisque vous me demandez mon avis, je vous le donne.

 

Je sais que pour un français moyen, la culture générale peut être considérée comme la 614 ème Mitsva de la Torah, et que pour de nombreuses personnes, celui qui n’a pas un minimum de culture générale est un moins que rien.
Je suis d’accord que la culture générale est importante, tout dépend ce que l’on entre dans le mot général.


Vous êtes bien d’accord que même les personnes étant très cultivées ne savant pas forcément quel est le Ph de l’eau des cascades d’Alaska. C’est que le « général » est trop général pour pouvoir tout inclure. Il faut donc savoir ce qui entre dans la culture générale nécessaire de tout juif.


Je pense que la culture générale qui consiste à bien connaitre les Halakhot, les concepts de Guémara, les concepts de Hachkafa, les Midrashim etc. est d’une extrême urgence et importance. Vous voyez ce que je veux dire. Ou toute autre connaissance nécessaire pour mieux comprendre ce que D. attend de nous, pour mieux vivre sereinement, pour faire plus attention à sa santé etc.

 

N'oublions pas que le but de la connaissance est de se rapprocher de D. par le biais de celle-ci. Sinon des simples connaissances cela ne vaut rien, en tout cas à mon humble avis. Personnellement je n'ai aucune considération pour une personne qui est un puit de connaissance smais qui ne s'en sert pas pour se construire et pour progresser dans la vie, au sens noble et spirituel du terme.

 


En d’autre terme toute culture nécessaire à une bonne compréhension de la Torah, de la vie en tant que serviteur de D. etc. est nécessaire. Tout ce qui n’a pour but que de se venter de savoir quoi dire à propos de chaque sujet, et d’assouvir sans limite une curiosité mal canalisée, me semble être de trop.
Le Rav Abba Chaoul disait que la raison pour laquelle D. a créé la curiosité c’est pour que l’on soit curieux de connaitre TOUTE la Torah. Pas pour être curieux de savoir à combien de km/h une coccinelle est capable de voler.

 

Je peux vous dire que le Rav ‘Haïm Kanyevsky n’a pas une grande culture générale dans notre conception des choses, et pourtant ceci ne l’empêche pas d’être indéniablement le Grand de la génération !!

 

Je me dois donc de préciser un point important. Encourager votre fils de Talmoud Torah à passer du temps à lire tous types de livres d’histoire et de géographie etc. je ne vous conseille pas. Toutefois il se peut que de lui-même il soit porté vers ces lectures. Je ne vous recommande alors pas de l’en empêcher. Ceci peut être un divertissement comme un autre et il ne peut pas être nocif. Si au lieu de lire cela il joue au Game Boy ou qu’il se met à lire les livres de Hari Poter, c’est sûr que ceci ne peut être que nocif et ce pour de nombreuses raisons évidentes.

 

Il faut aussi comprendre qu’il y a une différence entre un jeune de 7 ans et un jeune de 15 ans, Ba’hour Yéchiva, qui est censé passer tout son temps à l’étude de la Torah et pas à autre chose.

 

Béhatsla'ha !

Bruler la Hala une fois par an

- Mardi 01 janvier 2019 à 07h59 vu 119 fois

Bonjour Rav, Nous avons entendu qu'il était possible/préférable de conserver toutes les Hala prélevées chaque semaine et les bruler une fois par an (la veille de Pessah par exemple). Est ce correct ? Y a-t-il un probleme dans le fait que la Hala a déjà pourri bien avant ?

Merci Rav

Chalom !

 

Possible peut être, préférable sûrement pas !

En effet, si on la laisse il y a un risque qu'on en vienne par erreur à la consommer, et c'est pourquoi on s'empresse de la brûler, même la nuit, bien qu'il y aurait éventuellement un problème à la brûler la nuit, ainsi que l'écrit le Béour Halakha. 

De plus, comme vous le soulevez, les décisionnaires qui s'opposent à jeter la 'Halla à la poubelle, (notamment mon Maître le Rav Sternbukh chlita), argument entre autre que le fait que les poubelles seront finalement brûlées n'est pas suffisant dès lors que la 'Halla sera déjà pourrie et abîmée au moment où elle sera brûlée.

 

Donc, je ne suis pas d'accord avec cette opinion. Si vous avez une source n'héistez pas à me la donner.

 

Kol touv !

Médailles obtenues dans les Quizz